Disneyland Paris
3615 CODE MY LIFE

Je vais à Disney, Disney, Dis-ney, DISNEEEEYYYY ! Histoire d’un caprice d’adulte

J’ai été une enfant pourrie gâtée. Ce que je voulais, je l’avais. Au prix parfois de quelques bonnes notes ou d’une bise humide à ma grande tante. Néanmoins, mes parents ne m’ont emmenée qu’une seule fois à Disneyland. Mon séjour enchanté, j’ai économisé pour me l’offrir. À 26 ans.

 

Cela fait partie du caractère raisonnable et raisonné de ma chère maman. Nous étions allés à Disneyland une fois, en 1997. Et bien que l’expérience lui ait plu au point de verser quelques larmes dans It’s a small world, je crois que son inconscient lui intimait qu’investir à nouveau dans la visite du même parc d’attractions n’était pas nécessaire. J’aurais bien pu supplier mon père à genoux. Si ça ne tenait qu’à lui, nous aurions embarqué pour Marne-la-Vallée à chaque fois que l’envie nous titillait. Seulement, chez nous, les hommes ne gèrent pas les comptes. Et fort heureusement. Sinon, un Iron man géant accueillerait les visiteurs devant la maison de mes parents – entres autres fantaisies paternelles.

Argent GIF
Mon père en possession du budget familial.

Ne vous méprenez point, chers lecteurs. N’allez pas vous imaginer que ma mère serait du genre à tendre sadiquement un ours en peluche devant un enfant sans jamais le lui donner. Non. Comme je le disais plus haut, j’ai toujours eu tout ce que je voulais. Sauf Salem le chat de Sabrina et des allers-retours à Disneyland Paris. Néanmoins, ma collection de 196 Barbie (oui, pap’s a compté) valait bien ces sacrifices. Or, il n’existe pas de personne plus désireuse que celle qui a déjà tout. J’ai nourri une profonde frustration à l’égard de ces deux objets de désir. Jusqu’au jour où je décidai qu’il me fallait combler ce vide immense. C’est pourquoi j’entrepris de taper « Salem speaking plush » sur Ebay.

Salem le chat, peluche Sabrina l'apprentie sorcière
Un jour, il sera mien. Oh, oui…

Lire la suite « Je vais à Disney, Disney, Dis-ney, DISNEEEEYYYY ! Histoire d’un caprice d’adulte »

Publicités
Alvisse Parc Hôtel Luxembourg
Culture & lifestyle

Mon séjour spa & détente chez Alvisse Parc Hôtel à Luxembourg

Comme une envie de détente et de changer d’air. Soit l’occasion de retrouver mon vieil ami Weekendesk. Ainsi, ma mère et moi avons profité des derniers froids de l’hiver pour se ressourcer au spa de l’Alvisse Parc Hôtel 4 étoiles de Luxembourg.

 

Alvisse Parc Hôtel Luxembourg

À première vue, cet Alvisse Parc Hôtel n’avait pas grand chose pour me plaire. Loin du centre-ville de Luxembourg et de ses boutiques foisonnantes, il se situe sur un bord de route, à l’écart. Son aspect extérieur ne m’a pas non plus ravie. Une construction de béton grise et froide, à l’image des grands ensembles hôteliers américains. Ce point de détail se révèle cependant fort subjectif, je ne m’y attarde donc pas. Au moins, l’établissement a quelque chose de dépaysant. Toutefois, je regrette d’avoir déploré sa localisation.

Lire la suite « Mon séjour spa & détente chez Alvisse Parc Hôtel à Luxembourg »

spa Lyon Métropole
Culture & lifestyle

Mon séjour de rêve à l’hôtel spa Le Lyon Métropole

Beaucoup n’y pensent pas forcément, mais les sites de voyage proposent aussi des courts séjours. C’est d’ailleurs le concept de Weekendesk. Particulièrement stressée par ma recherche d’emploi, je me suis dit qu’un séjour au spa ne me ferait pas de mal. Direction donc Le Lyon Métropole.

 

Premières impressions. La bâtisse, certes moderne, paraît un peu austère. Puis, j’avais prévu de manger en ville le soir, mais je rejette immédiatement cette éventualité. Et pour cause : le Lyon Métropole s’avère quelque peu isolé, juste en bordure de Caluire-et-Cuire. On oublie cependant rapidement ces désagréments une fois entré à l’intérieur. Le décor semble vieillissant – l’aménagement date de 1984 -, cependant le confort et le luxe nous sautent immédiatement à la figure. Coiffeur, restaurant, room service, piscine paradisiaque… Aucun doute : nous sommes dans un 4 étoiles.

spa Lyon métropole

Le décor de l’hôtel, très typé eighties, me fait penser au palace de Pretty WomanRichard Gere en moins. Ma chambre, une double confort, m’a tout de suite plu. J’ai apprécié la salle de bains spacieuse et sa baignoire. Seul un problème de robinetterie m’a un peu refroidie. Le flexible de douche, en plastique, se dévissait. Impossible donc de prendre une douche à un débit correct. L’hôtel s’est cependant rattrapé avec la bouilloire électrique, présente dans toutes les chambres. Oui, quelques sachets de thé et de café soluble suffisent à mon bonheur. J’adore ces petites intentions.

Lire la suite « Mon séjour de rêve à l’hôtel spa Le Lyon Métropole »

trousse de toilettes
Beauté

Je pars en week-end : l’épreuve de la trousse de toilette

Je suis du genre à m’asseoir sur ma valise pour la fermer avant de partir en voyage. Sauf qu’aujourd’hui, je pars simplement en week-end rejoindre ma famille pour Pâques. Et j’ai plein de petits chocolats fragiles dans mes bagages. Du coup, impossible d’embarquer mes deux trousses de toilette XXL habituelles. Ma mission : tout faire entrer dans mon fidèle, mais néanmoins minuscule, trousseau Hello Kitty.

 

trousse de toilette

 

Le maquillage

maquillage

Je serais tentée de prendre tout mon vanity avec. Mais non, bonne résolution ! Je n’ai pas besoin de tout mon bazar. Et il est imposant, le bazar. Difficile de faire un choix… Côté teint, je vais être obligée de garder mon gros poudrier Guerlain. La poudre libre n’est pas négociable pour moi. Par contre, je vais oublier le contouring pendant quelques jours. Ma palette Sleek et mon Hoola Benefit restent à la maison, tant pis, même si ça me déchire le cœur.  Seconde souffrance : abandonner également mon blush Sweetheart Too Faced. Heureusement, j’ai un mini Justify my love de Too Faced pour sauver les apparences. Plus qu’à prendre mon correcteur Kat Von D et j’aurais mes essentiels sous la main.

Lire la suite « Je pars en week-end : l’épreuve de la trousse de toilette »