Films loin d'être des chefs-d'oeuvre
Culture & lifestyle

4 films loin d’être des chefs-d’oeuvre mais que j’aime bien quand même

Vous vous souvenez, il y a quelques temps, je vous faisais part de ces quatre films adulés par tous et qui me laissaient pourtant de marbre. Et bien, pour ne pas qu’on me prenne pour une rageuse perpétuelle, j’ai décidé d’envoyer de l’amour à des œuvres qui n’en reçoivent habituellement pas, voire peu.

 

anaconda film 1997

Anaconda (Luis Lloza – 1997)

Un peu oublié de nos jours, Anaconda avait pourtant connu un certain succès à sa sortie.  Surfant sur la vague de séries B à base de monstres de l’époque – certainement provoquée par Jurassic Parc -, le bousin était quelque peu sorti du lot. Sûrement grâce à la présence d’Eric Stoltz au casting, second couteau américain, brillant alors de l’aura que lui avaient conféré Pulp Fiction et Jerry Mc Guire. Il faut dire qu’Anaconda ne vaut que pour sa présence. Il cabotine pas mal, mais je le trouve excellent en braconnier aveuglé par l’appât du gain, prêt à tout pour capturer un anaconda vivant. Quitte à prendre tout l’équipage d’un bateau en otage.

Personnellement, je le trouve bien plus flippant que les anacondas eux-mêmes. Je pense d’ailleurs qu’il s’agit d’un véritable parti pris. En effet, j’ai toujours trouvé que les cris des bestioles ressemblaient à s’y méprendre à ceux d’une femme qu’on agresserait. Rien que pour cette idée, je trouve ce film intéressant. Même si on avait déjà vu cette idée ailleurs, dans Massacre à la tronçonneuse 2, par exemple. D’un autre côté, Owen WilsonJennifer Lopez et Ice Cube nous servent un acting correct, loin d’être mémorable. Le montage reste, quant à lui, brouillon. Je me suis toujours sentie frustrée par la fin, extrêmement abrupte. Pour conclure sur un point positif, j’avouerais que je trouve un certain charme aux effets spéciaux… Mais restons-en là.

Lire la suite « 4 films loin d’être des chefs-d’oeuvre mais que j’aime bien quand même »

Publicités
Dix films dont je ne me lasserais jamais
Culture & lifestyle

Dix films dont je ne me lasserais jamais

Je vis actuellement une phase de changements. Fin d’études, recherche d’emploi… J’effectue un plongeon effrayant dans l’avenir. Et quoi de plus rassurant qu’un bon film, doux et familier ? C’est mon remède aux crises d’angoisse et j’ai pensé partager ici ces longs métrages qui me tiennent à cœur. Ceux que je pourrais revoir mille fois sans jamais me lasser…

 

Les Seigneurs de la route

10. Les Seigneurs de la route (Paul Bartel – 1975)

Ce film est, paraît-il, mieux connu sous le titre de La Course à la mort de l’an 2000. Pourtant, mes parents et moi l’avons toujours nommé Les Seigneurs de la route. À mi-chemin entre le nanar et le coup de génie, il m’a toujours fait une grande impression. Il relate une course de voiture hyper violente où les participants doivent tuer un maximum de personnes gratuitement. David Carradine en personnage principal, Stallone dans l’un de ses premiers rôles. Hautement improbable. Je trouve Les Seigneurs de la route incroyablement osé, de mauvais goût, absolument fascinant. Son remake de 2008 ne lui arrive en aucun cas à la cheville.

 

Lire la suite « Dix films dont je ne me lasserais jamais »

Tag cinéma
3615 CODE MY LIFE

[Tag] 21 questions sur le cinéma

Vous le savez probablement déjà : je cultive pas mal de petites passions. Dont le cinéma. Et comme on me demande souvent quel est mon film préféré, mon acteur ou mon réalisateur préféré, je me suis dit qu’on pouvait lier l’utile à l’agréable avec un petit tag. J’invite d’ailleurs ma copine Anna à répondre à ce questionnaire. Je suis sûre qu’elle va apprécier.

 

1. Le film le plus déprimant que tu aies vu :
Forest Gump. Certes, le message est positif, mais je pleure systématiquement tout au long de ce film. En plus, je me mets à cogiter sur le sens de la vie à chaque fois que je tombe dessus par hasard à la télé. Si vous souhaitez me voir recroquevillée en position fœtale, allongée dans le noir pendant des heures, passez-moi Forest Gump.

Forest gump
Et là, je chiale, PUTAIN !

Lire la suite « [Tag] 21 questions sur le cinéma »

rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #5 : Nicolas Cage, gourou de la secte des lapins roses

Je suis encore en retard pour le Rockyrama Challenge. Fêtes de Noël oblige, je n’ai pas pu visionner tous les films de ma petite liste en décembre. Je ne relâche pas la pression pour autant. Ce mois-ci, Rockyrama m’a emmenée au sommet d’une montage avec Stallone et m’a fait rire dans une école de police. Je vous raconte ?

 

Les ailes de l'enfer

80. Les ailes de l’enfer (1997 – Simon West)

J’étais, au départ, très emballée par Les Ailes de l’enfer. Parce que, d’une part, je suis bonne cliente en matière de films d’action, et d’autre part, parce que je l’ai visionné avec des amis, comme le recommande Rockyrama. De plus, le casting XXL composé, entre autres, de John MalhovitchNicolas Cage et Danny Trejo, nous vendait du rêve à fort taux de testostérone. L’histoire aussi était pleine de promesse : Nicolas Cage, ex ranger, sort de prison après avoir été condamné pour homicide involontaire. Il prend un avion pour rentrer chez lui avec, à son bord, d’autres détenus en transit vers de nouveaux centre de détention. Manque de bol, les criminels parviennent à prendre le contrôle de l’appareil.

Lire la suite « Rockyrama Challenge #5 : Nicolas Cage, gourou de la secte des lapins roses »

rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #4 : Stallone et les Clowns tueurs de l’espace

Non, le Rockyrama Challenge n’a pas disparu. Je ne renonce pas à visionner les 101 films proposés par le magazine. Le mois dernier, je me suis penchée toute une semaine sur le Festival de cinéma Lumière. Du coup, j’ai pensé que trop de ciné tuait le ciné. C’est pourquoi mon marathon n’a repris qu’en novembre. Et il y a du Stallone au menu…

 

les_clowns_tueurs_venus_d_ailleurs

85. Les Clowns tueurs venus d’ailleurs (Stephen Chiodo – 1988)

Des clowns extra-terrestres débarquent sur terre dans leur vaisseau chapiteau pour transformer les humains en barba-papas géantes. Autant vous dire qu’après avoir lu le pitch, je me suis littéralement ruée sur mon ordinateur. Il FALLAIT que je vois ça. Verdict ? Et bien, les effets spéciaux sont extrêmement cheaps, le doublage français dégueulasse, l’acting passable et les décors en carton-pâte. Pourtant, j’ai adoré ça et j’ai joui comme une pucelle au premier rang d’un concert de Justin Bieber.

Lire la suite « Rockyrama Challenge #4 : Stallone et les Clowns tueurs de l’espace »