Sons que j'écoute depuis l'adolescence
Culture & lifestyle

4 sons que j’écoute sans la moindre honte depuis l’adolescence

Il paraît qu’on construit ses goûts à l’adolescence. Personnellement, en bonne schizophrène, j’étais très branchée rock, punk, métal, comédies musicales américaines et chanteuses pop. Oui, tout ça à la fois. Et il faut bien avouer qu’effectivement, certaines choses me sont restées.

 

Les Wampas

Les Wampas 4ever x3

Parce que Didier Wampas, c’est le roi du rock’n’roll (tmtc). J’ai eu une GROSSE période punk français au lycée. Et elle m’a été initiée par Les Wampas, que j’ai évidemment découvert avec leur tube Manu Chao. Après l’écoute de l’album Never trust a guy who after having been a punk, is now playing electro, j’en voulais toujours plus. Après avoir épuisé la discographie complète des Wampas, j’ai dérivé ensuite vers Les BetteravesGuerilla Poubelle, puis Berurier noirLa Souris déglinguée et enfin, OTH. J’écoute aujourd’hui plus sporadiquement ces derniers, mais Didier Wampas tient toujours une place particulière dans mon cœur de vieille punkette défraîchie. Si je ne devais en retenir qu’une, ce serait évidemment Liste de droite, un parfait hymne à la désillusion, à la fois drôle et cynique.

Lire la suite « 4 sons que j’écoute sans la moindre honte depuis l’adolescence »

Publicités
Glitter Mariah Carey
Culture & lifestyle

De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey)

Le 11 septembre 2001 sort sur les écrans américains un drame sentimental nommé Glitter avec la chanteuse Mariah Carey dans le rôle titre. Non seulement, la date de sortie coïncide avec le drame des tours jumelles, mais en outre, le film s’avère d’une niaiserie crasse qui entraînera la diva dans une longue traversée du désert de près de quatre ans.

 

Alors, 17 ans plus tard, que peut-on retenir de Glitter ? Chef-d’oeuvre incompris ? Téléfilm agréable qui n’aurait pas mérité une sortie ciné ? Nanar sympathique ? Soyons clairs dès le départ : Glitter n’est rien de plus qu’un mauvais film. J’avoue, petite, j’avais aimé cette nunucherie de 104 minutes. Il faut dire qu’à l’époque, il me suffisait d’entendre une pop star quelconque pousser deux trois notes pour que mon petit cœur s’emballe et que je sois conquise. Toutefois, le revisionnage récent de Glitter m’a paru beaucoup moins agréable à 25 qu’à 9 ans. Ha, ma jeunesse envolée.

 

Glitter Mariah Carey
Nan mais déjà cette casquette ne présageait rien de bon.

Un naufrage annoncé

Mariah Carey aurait pu pourtant sentir venir la catastrophe. À la fin des années 90, on lui colle la bonne idée de participer à un film romancé sur les débuts de sa carrière. Dès lors, on devine le scénario peu inspiré  : une pauvre petite orpheline rencontre un producteur de musique qui fera d’elle une star. Ainsi naquit le projet All that glitters (titre provisoire). Forcément – on connaît son penchant pour l’ego trip -, Mariah se jette à corps perdu dans cette folle aventure. Elle débute rapidement la production de l’album éponyme. L’intrigue se déroulant dans les années 80, il est décidé d’en faire un hommage à la funk des clubs new-yorkais de l’époque.

Lire la suite « De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey) »