Glitter Mariah Carey
Culture & lifestyle

De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey)

Le 11 septembre 2001 sort sur les écrans américains un drame sentimental nommé Glitter avec la chanteuse Mariah Carey dans le rôle titre. Non seulement, la date de sortie coïncide avec le drame des tours jumelles, mais en outre, le film s’avère d’une niaiserie crasse qui entraînera la diva dans une longue traversée du désert de près de quatre ans.

 

Alors, 17 ans plus tard, que peut-on retenir de Glitter ? Chef-d’oeuvre incompris ? Téléfilm agréable qui n’aurait pas mérité une sortie ciné ? Nanar sympathique ? Soyons clairs dès le départ : Glitter n’est rien de plus qu’un mauvais film. J’avoue, petite, j’avais aimé cette nunucherie de 104 minutes. Il faut dire qu’à l’époque, il me suffisait d’entendre une pop star quelconque pousser deux trois notes pour que mon petit cœur s’emballe et que je sois conquise. Toutefois, le revisionnage récent de Glitter m’a paru beaucoup moins agréable à 25 qu’à 9 ans. Ha, ma jeunesse envolée.

 

Glitter Mariah Carey
Nan mais déjà cette casquette ne présageait rien de bon.

Un naufrage annoncé

Mariah Carey aurait pu pourtant sentir venir la catastrophe. À la fin des années 90, on lui colle la bonne idée de participer à un film romancé sur les débuts de sa carrière. Dès lors, on devine le scénario peu inspiré  : une pauvre petite orpheline rencontre un producteur de musique qui fera d’elle une star. Ainsi naquit le projet All that glitters (titre provisoire). Forcément – on connaît son penchant pour l’ego trip -, Mariah se jette à corps perdu dans cette folle aventure. Elle débute rapidement la production de l’album éponyme. L’intrigue se déroulant dans les années 80, il est décidé d’en faire un hommage à la funk des clubs new-yorkais de l’époque.

Lire la suite « De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey) »

Publicités
Tag cinéma
3615 CODE MY LIFE

[Tag] 21 questions sur le cinéma

Vous le savez probablement déjà : je cultive pas mal de petites passions. Dont le cinéma. Et comme on me demande souvent quel est mon film préféré, mon acteur ou mon réalisateur préféré, je me suis dit qu’on pouvait lier l’utile à l’agréable avec un petit tag. J’invite d’ailleurs ma copine Anna à répondre à ce questionnaire. Je suis sûre qu’elle va apprécier.

 

1. Le film le plus déprimant que tu aies vu :
Forest Gump. Certes, le message est positif, mais je pleure systématiquement tout au long de ce film. En plus, je me mets à cogiter sur le sens de la vie à chaque fois que je tombe dessus par hasard à la télé. Si vous souhaitez me voir recroquevillée en position fœtale, allongée dans le noir pendant des heures, passez-moi Forest Gump.

Forest gump
Et là, je chiale, PUTAIN !

Lire la suite « [Tag] 21 questions sur le cinéma »

rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #4 : Stallone et les Clowns tueurs de l’espace

Non, le Rockyrama Challenge n’a pas disparu. Je ne renonce pas à visionner les 101 films proposés par le magazine. Le mois dernier, je me suis penchée toute une semaine sur le Festival de cinéma Lumière. Du coup, j’ai pensé que trop de ciné tuait le ciné. C’est pourquoi mon marathon n’a repris qu’en novembre. Et il y a du Stallone au menu…

 

les_clowns_tueurs_venus_d_ailleurs

85. Les Clowns tueurs venus d’ailleurs (Stephen Chiodo – 1988)

Des clowns extra-terrestres débarquent sur terre dans leur vaisseau chapiteau pour transformer les humains en barba-papas géantes. Autant vous dire qu’après avoir lu le pitch, je me suis littéralement ruée sur mon ordinateur. Il FALLAIT que je vois ça. Verdict ? Et bien, les effets spéciaux sont extrêmement cheaps, le doublage français dégueulasse, l’acting passable et les décors en carton-pâte. Pourtant, j’ai adoré ça et j’ai joui comme une pucelle au premier rang d’un concert de Justin Bieber.

Lire la suite « Rockyrama Challenge #4 : Stallone et les Clowns tueurs de l’espace »

rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #3 : Jeunesse et Fast-food

Le Rockyrama Challenge du mois d’août vous parvient avec un peu de retard. En effet, suite à un changement de gestionnaire, ma résidence ne dispose plus d’internet en accès libre. Je me suis quand même débrouillée pour vous faire part de ces cinq films, desquels émane un thème commun : la jeunesse, naïve et insouciante.

 

Young Guns

90. Young Guns (Christopher Cain -1988)

On commence loin de tous mes genres de prédilection avec un western. L’Ouest sauvage, perso, je n’y connais rien. Lorsque j’y réfléchis, hormis quelques classiques de Sergio Leone, je ne peux citer parmi mes références cow-bow que Retour vers le futur 3Les Pétroleuses et Django Unchained. Je ne pourrais donc pas vous offrir un avis très éclairé sur la question. Toutefois, j’ai grandement apprécié Young Guns. Librement adapté de l’histoire de la guerre du Comté de Lincoln dans les années 1870, le film dresse un portait charismatique et fascinant de la bande à Billy The Kid.

Lire la suite « Rockyrama Challenge #3 : Jeunesse et Fast-food »

Culture & lifestyle

3 films injustement détestés à (re)découvrir 

De retour de vacances, vous vous ennuyez ferme face au vide intersidéral des programmes télé. Plutôt que de végéter devant la sempiternelle rediffusion de La Septième Compagnie, pourquoi ne pas se lancer dans une petite soirée DVD ? Ce serait l’occasion de se diriger vers quelques longs-métrages maudits. Après tout, personne n’est là pour vous juger. Tous vos amis visitent Berlin ou se bronzent en Thaïlande. Ça ne pourrait donc pas être pire. À moins d’une bonne surprise…

 

Marley et moi

Marley et moi (2008 – David Frankel)

On nous a vendu Marley et moi comme une comédie potache à base de chien, dans la lignée de Beethoven. Les mecs du marketing devaient prendre l’apéro au moment du brainstorming pour le marché français, car lorsqu’on visionne le film, on réalise aisément qu’ils se sont plantés sur toute la ligne. Le public a assez soupé des comédies animalières des années 90. Doo Little, c’est ringard, les mecs ! Pas étonnant que les spectateurs français se soient imaginé que Marley et moi constituait une énième abomination du genre, humant la déjection canine à dix kilomètres à la ronde.

Lire la suite « 3 films injustement détestés à (re)découvrir «