Palette ananas Too Faced
Beauté

Sparkling pineapple : la palette de l’été de Too Faced vaut-elle réellement son prix ?

Avec sa collection Tutti Frutti, Too Faced entend régner sur le make up de l’été. Néanmoins, si en cette saison (presque) estivale, les prix s’allègent comme les couches de vêtements sur notre dos, il n’est pas certain que la palette Sparkling pineapple vaille le coup d’investir…

Palette Too Faced Ananas

Il faudra en effet débourser près de 40 euros – 37, pour être exacte – avant de pouvoir parer ses paupières avec les sept fards de la palette Sparkling pineapple. Le concept derrière cette merveille de packaging est simple : s’inspirer d’un fruit estival et en tirer une sélection de fards mattes, pailletés et irisés. Ainsi, la beautysta pourra n’emporter qu’une seule palette en vacances puisque cette dernière sortie Too Faced convient à la fois aux maquillages basiques de tous les jours et aux mises en beauté de soirée. Du moins, en théorie.

Lire la suite « Sparkling pineapple : la palette de l’été de Too Faced vaut-elle réellement son prix ? »
Publicités
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Ces outrages au maquillage que je commettais à 16 ans

On ne va pas se mentir : avoir 16 ans, c’est l’enfer. L’acné, le lycée, les débordements sentimentaux, la résidence forcée chez le couple parental… Mais le pire du pire reste sans conteste ces faux-pas make-up qu’on assume ensuite très mal à l’âge adulte. Vous êtes sorti avec des étoiles au liner sur la tronche dans les années 2000 ? Cet article vous est cordialement dédié.

Avoir du style en 2006 (oui, c’est moi)

L’oeil Droopy à la Avril Lavigne

Haaa… Avril. La vedette de l’époque à qui tout le monde voulait ressembler. Personnellement, je lui ai rapidement préféré Marilyn Manson et Eths (je n’avais pas forcément bon goût pour autant). Néanmoins, son fameux oeil qui tombe et qui dégouline de khôl faisait tout de même partie de mon look d’adolescente rebelle. Dans son infinie bonté, ma mère m’avait offert une palette de tons gris Clarin’s. Je prenais simplement la teinte la plus foncée et je tartinais, je tartinais jusqu’à ce que l’ensemble soit bien épais et bien noir. Base paupière ? Dégrader ? Couleur de transition ?  Et ouais, on n’avait pas YouTube à l’époque… Toutefois, je ne m’arrêtais pas là, cher lecteur amateur de bon goût. 

smoky eye : expectation VS reality
Expectation VS Reality
Lire la suite « Ces outrages au maquillage que je commettais à 16 ans »
Les plus belles tenues de RuPaul
Culture & lifestyle

Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race

Vous connaissez RuPaul’s Drag race ? Bien sûr que oui. Sinon je vous bannis et vous incite à rattraper votre retard incessamment sous peu si vous souhaitez récupérer votre droit d’entrée…. Je plaisante ! On pourrait définir RuPaul’s Drag race comme le America’s got talent des drags queens. Chaque semaine, les participantes relèvent des défis et, à la fin de la saison, un jury élit la reine du bal. Jury présidé par RuPaul, superstar américaine du drag. Dont les tenues ne cessent d’époustoufler un peu plus à chaque saison… Florilège subjectif sans autres critères que personnels.

 

Le coup de jus

RuPaul robe rouge saison 1
Saison 1

Je place cette tenue ici par sentiment d’injustice. On s’en est trop souvent moqué. Personnellement, j’aime beaucoup l’esprit ébouriffé façon « doigts dans la prise ». Même la perruque suit. Drôle et audacieux.

 

La cascade de fleurs

RuPaul robe de fleurs saison 2
Saison 2

J’ai failli trépasser devant mon écran face à tant de beauté… Franchement, qui n’aime pas cette robe ?

Lire la suite « Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race »

Argent
3615 CODE MY LIFE

Ces raisons qui me poussent à penser que je ne gagne pas assez d’argent (étalage de mauvaise foi en règle)

Mon professeur de philosophie avait pour coutume de dire que le pauvre était celui qui manquait du superflu, et le miséreux, celui qui manquait de l’essentiel. Selon cette définition, je me considérerais comme pauvre. Une Cosette en haillons miteux et chausses de fortune.  Vous trouvez que j’exagère ?

 

Depuis que j’ai commencé ma carrière de journaliste, et encore plus depuis que je possède la carte de presse, j’ai entendu tout un tas de légendes urbaines au sujet de ma profession, toutes plus fantaisistes les unes que les autres. Nous serions outrageusement bien payés et corrompus de tous côtés. Pour être honnête avec vous, je gagne à peine plus que le Smic et j’attends encore le responsable politique prêt à me verser un faramineux pot-de-vin pour quelques belles lignes dans mon canard (non). Si j’avais su, je me serais épargnée des études ô combien épuisantes et difficiles. M’enfin… J’exerce tout de même le métier dont je rêve depuis 1997. Consolons-nous ainsi.

GIF eye roll
Mouuuuaaaaiiis

Lire la suite « Ces raisons qui me poussent à penser que je ne gagne pas assez d’argent (étalage de mauvaise foi en règle) »

Primark Alice au pays des merveilles
Beauté

Make-up Primark : la palette Alice au pays des prix bas

Alors que je me promenais chez Primark, une petite chose m’a fait de l’œil… Une palette aux couleurs du Alice aux pays des merveilles de Walt Disney. Prix affiché : 12 euros. Ainsi tomba-t-elle dans mon panier.

 

Primark Alice au pays des merveilles

Douze euros ? Douze euros pour une palette ?! Pour adultes ? Comment est-ce possible ? La beautysta en moi aurait habituellement détourné les yeux. Toutefois, ce joli packaging noir à fleurs a eu raison de mon snobisme. Alice demeure l’un de mes classiques préférés. Alors bon, si cet objet ne trouve pas son utilité, au moins sera-t-il ravissant exposé sur ma coiffeuse. Oh, et puis comment ne pas trouver ce rouge à lèvres à croquer avec son raisin en forme de cœur ? Six euros ? Ni une ni deux, je l’ai embarqué aussi. 18 euros pour une palette et un rouge à lèvres… Ma foi, peut-être ai-je fait l’affaire du siècle ?

Lire la suite « Make-up Primark : la palette Alice au pays des prix bas »

Birkenstock
Culture & lifestyle

Une sombre affaire de Birkenstock

Lors de ma semaine de congé à Lyon, j’ai péniblement traîné mes guêtres dans les arrondissements de la capitale des Gaules. La chaleur épuisa vite mes pauvres petits coussinets, engoncés dans de mauvaises sandales. Sans m’en rendre compte, je me suis retrouvée avec une paire de Birkenstock aux pieds.

 

Birkenstock
Mes pieds. Une allégorie.

Fut un temps, je pouvais à mes pieds supporter n’importe quoi. Baskets chinoises douteuses, sandales de plastique, talons vertigineux… Rien ne m’arrêtait. Malheureusement, la malédiction familiale des pieds pourris m’a rattrapée. En vacances, alors que je crapahutais sur les pavés du Vieux-Lyon, mes sandales Chaussea ont soudainement rétréci. Mes deux nougats boursouflés par la chaleur avaient désormais l’air de gros rosbifs. Malmenée et rougeaude, leur chair saucissonnée entre les sangles de mes souliers d’infortune semblait prête à imploser. Or, je voulais marcher, courir les boutiques et danser le zouk avec ma copine Barbara.

Francky Vincent
Oui, quand on me dit « zouk », je pense « Francky Vincent ». Excusez-moi…

Lire la suite « Une sombre affaire de Birkenstock »

tendances beauté qui m'insupportent
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Ces trois tendances beauté qui m’insupportent

Bien sûr, tout le monde a le droit de suivre la mode. Chacun fait ce qui lui plaît. Néanmoins, certains voudraient nous faire croire que les tendances sont impératives, qu’il est nécessaire de les suivre pour ne pas paraître négligé, has-been ou que sais-je encore. Tout ceci relève du vaste mensonge. La preuve par trois.

 

maquillage sourcils

Se maquiller les sourcils

Voilà bientôt deux ans que les magazines féminins nous rabâchent qu’il est absolument nécessaire de se maquiller les sourcils. Comme ici, où Gala laisse entendre que pour avoir un beau sourcil, il ne faut pas négliger le crayon. Lors de ma dernière épilation au Brow bar de Benefit, l’esthéticienne m’a carrément engueulée parce que je ne me maquillais pas les sourcils, arguant le fait qu’il s’agit « du minimum syndical en terme de maquillage. » Primo, de quoi je me mêle ? Et secundo, il n’existe aucun « minimum syndical » en beauté. Chacun est libre de se maquiller comme il l’entend, voire même de ne pas se maquiller du tout. Personnellement, le maquillage constitue mon petit quart d’heure de plaisir du matin. Mais je peux tout à fait concevoir que certaines n’éprouvent aucun enthousiasme à se maquiller et préfèrent laisser ça aux autres.

Maquillage sourcils
Moi, les sourcils maquillés. J’exagère à peine.

D’autre part, comme de nombreuses filles, j’ai les sourcils longs, épais et bien noirs. Sur une peau très pâle. Alors ajouter du maquillage là-dessus me donne un faux air soit de Frida Kahlo, soit de méchante sorcière Disney. C’est trop, pas du tout naturel et ça ne me va absolument pas. Je me sers éventuellement d’un peu de gel transparent quand mes sourcils se montrent hirsutes, mais rien de plus. Je ne suis pas seule dans ce cas de figure, loin de là ! Le maquillage pour sourcils doit répondre à un besoin et, comme tout maquillage, à une envie. Ma mère, par exemple, perd ses sourcils avec l’âge. Dans ce contexte, Benefit est devenu son meilleur ami. De même pour les personnes aux sourcils trop clairs, peu fournis, qui n’en aiment pas la forme ou qui ont simplement envie qu’ils soient parfaitement dessinés. Chacun voit midi à sa porte. En aucun cas le coup de crayon doit relever de l’obligation.

Lire la suite « Ces trois tendances beauté qui m’insupportent »