Quatre films à mater malade
Culture & lifestyle

4 films à mater au chaud sous la couette quand on est malade

Chaque année, je me tape le virus de l’hiver de manière radicale. Me voilà coincée à la maison une semaine avec 40 de fièvre. Vive la grippe ! Heureusement, j’ai quelques DVD pour me tenir compagnie et me faire oublier ma lente agonie.

 

Astérix et Cléopâtre

Le réconfort de l’enfance avec Astérix et Cléopâtre

Bien sûr, j’adore le film de 2002 signé Alain Chabat, mais lorsque mon corps se mue lentement en une douloureuse et gigantesque courbature, j’opte plutôt pour le dessin animé de 1968. J’ai toujours aimé Astérix, que ce soit en BD ou en animation. Et quand j’étais petite, mon papa revenait souvent de ses déplacements avec une ou deux VHS dans le sac. Rien ne me ravissait plus qu’un Astérix. Entendre la voix de conteur de Pierre Tchernia me ramène systématiquement à mes cinq ans. Quoi de plus rassurant lorsque ta fièvre refuse de baisser ? Astérix et Cléopâtre demeure, à mon sens, indémodable. Le gag d’ouverture sur les maladresses de doublage fait toujours mouche, de même que le célébrissime Lion de Cléopâtre, dont j’attends la chanson avec impatience, à 4 ans comme à 25.

Lire la suite « 4 films à mater au chaud sous la couette quand on est malade »

Publicités
3615 CODE MY LIFE

Le jour où j’ai découvert qu’être malade, c’était (vraiment) pas marrant

La semaine dernière, j’ai eu la grippe. De ce fait, je n’avais qu’une envie : rester au fond de mon lit et regarder Buffy contre les vampires en somnolant jusqu’à ce que mort s’en suive #demimesure. Pourtant, je me suis levée le matin et je suis allée bosser. Décidément, la vie d’adulte, c’est carrément chiant.

 

« Môman, je suis balaaaade ! »

Cette phrase, je n’y ai plus droit. Bien sûr, j’ai envoyé un texto à ma mère pour lui dire que j’allais mourir, tant le virus de la grippe était féroce cette année, mais le fait est qu’elle n’y peut rien. Auparavant, elle pouvait faire des miracles. Une simple main posée sur mon front me garantissait au moins deux jours d’école buissonnière et des kilos de coquillettes au jambon à déguster devant Parker Lewis.

Malade

Lire la suite « Le jour où j’ai découvert qu’être malade, c’était (vraiment) pas marrant »