J'ai détesté être une enfant
3615 CODE MY LIFE

J’ai détesté être une enfant, et vous savez quoi ? Ce n’est vraiment pas la mer à boire

Pour beaucoup, l’enfance est un souvenir doux, chaud et rassurant. Ce n’est pas mon cas. Mon enfance ne répond pas pour autant à la définition de l’enfer. Loin de moi cette idée. Néanmoins, je préfère largement être une grande fille. N’en déplaise au reste du monde.

Je n’ai pas vécu une enfance difficile. Au contraire, j’ai deux parents aimants, qui m’ont choyée, gâtée et élevée dans une douce maisonnée. Tout pour être heureuse. Et pourtant, j’étais une enfant frustrée et triste. C’est peut-être une maladie inhérente aux enfants uniques, égocentriques et nombrilistes. Mais j’ai cessé de me sentir coupable. Je suis quelqu’un d’égoïste et d’impatient. Telle est ma nature. Comme tout le monde, j’ai des défauts. Mais je me soigne et j’imagine que le reconnaître fait partie du processus d’assainissement. Néanmoins, petite, la sagesse de l’expérience ne m’avait pas encore touchée de sa grâce. Alors, ma frustration et mon impatience étaient des poids que je traînais comme un boulet à ma cheville.

blasé GIF
Moi, 5 ans, devant mon bol d’Apple Mini’s.

Je fais partie de la génération Lolita. Ces petites filles qui ont grandi avec un référentiel pop ambiguë, entre Britney, Alizée et Lorie. Des vedettes à l’image vertueuse, mais pourtant ultra sexualisée, jouant sur la gamme de l’ambivalence. Je voulais être elles. Jouer à imiter leurs chorégraphies dans la cour de récré ne m’amusait pas. Je ressentais le besoin irrépressible d’être grande, tout de suite, maintenant. Une jolie blonde sexy, mince et couronnée de succès. S’il y avait eu un bouton pour sauter directement de mes 7 à mes 19 ans, j’aurais appuyé tout de suite dessus, sans hésiter une seule seconde. Or, j’étais une gamine boulotte, laide et un peu gauche. Et il fallait que je fasse avec. Ce qui m’agaçait au plus haut point.

Lire la suite « J’ai détesté être une enfant, et vous savez quoi ? Ce n’est vraiment pas la mer à boire »
Publicités
raconter une histoire
Culture & lifestyle

Et si je vous racontais une histoire ?

De la pure fiction. Un roman, une fable, une nouvelle. Embarqueriez-vous à bord de mon récit pour suivre mille et une péripéties fantasques et insolites ? Je suppose que oui. Sinon, vous n’auriez pas cliqué sur ce lien. Alors, d’accord. Reste à choisir le genre de notre fabuleux épître. Amour, aventure, fantastique ? 

Roman d'amour. Quand Harry rencontre Sally.

Ce pourrait être une histoire d’amour. Lui, un mauvais garçon aux yeux clairs. Beau, aux vocations professionnelles floues, mais étrangement jamais à court d’argent. Une cicatrice sur la joue ne troublerait en rien la flagrante beauté de son visage et décuplerait son pouvoir d’attraction. Elle, brillante reporter de terrain. Mignonne, bien qu’un brin banale, tiraillée entre sa carrière encore à naître et le magnétisme qu’il exerce sur elle. Des démons judiciaires pourraient le rattraper, tandis qu’elle peinerait à prouver son innocence. En vain. Choisira-t-elle de s’enfuir avec lui ? Préférera-t-elle vouer sa vie au journalisme ? Ou décidera-t-il d’accepter sa sentence pour mieux lui rendre sa liberté ? Hum. On a déjà lu cette histoire 500 fois. Changeons de registre.

Lire la suite « Et si je vous racontais une histoire ? »
Simone Veil
Culture & lifestyle

Simone Veil et l’IVG : ce que nous devons à cette grande dame

Vendredi dernier, Simone Veil est décédée à l’âge de 89 ans. Une longévité qui témoigne de la nature combative de l’ancienne ministre de la Santé. Dans ces fonctions, elle a donné à toutes les Françaises le droit à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG). Une révolution.

 

Simone Veil

 

Issue d’une famille juive originaire de Lorraine, Simone Veil naît à Nice en 1927. Son enfance sera bouleversée par la Seconde Guerre mondiale. Déportées à Auschwitz, elle et ses deux sœurs survivent à l’Holocauste. Malheureusement, leurs deux parents et leur frère ne connaîtront pas la libération des camps. Une fois rentrée en France, la jeune Simone tente en vain de raconter son histoire. Malheureusement, le monde préfère oublier et personne ne veut l’entendre. Simone Veil fera alors du devoir de mémoire l’un de ses chevaux de bataille.

Lire la suite « Simone Veil et l’IVG : ce que nous devons à cette grande dame »