Films d'horreur méconnus
Culture & lifestyle

4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante

Pour ceux qui l’ignorent, le slasher se définit comme un sous-genre de l’horreur, dont les films content tous l’histoire d’un groupe de personnes massacrées une à une par un tueur psychopathe. Si vous êtes comme moi et que vous en avez déjà mangé des kilomètres de pellicule, je vous propose une sélection de quatre films moins mémorables qu’Halloween, mais tout aussi délectables. Peut-être y trouverez-vous une pépite oubliée.

 

Urban Legend

Urban Legend (Jamie Blanks – 1998)

Certainement le plus connu de cette sélection de méconnus, Urban Legend fait partie de cette avalanche de slashers que nous avons pu observer à la fin des années 90 après le succès de Scream. Avalanche que certains appelleront « second âge d’or du slasher », le premier âge d’or étant survenu dans les années 70, subséquemment à la déferlante Halloween. Perso, en fait de second âge d’or, je parlerais plutôt de « foire-aux-ados-en-chaleur-surfant-sur-la-vague-Scream ». Et Urban Legend en demeure un fier représentant. Car oui, s’il n’a pas marqué les esprits, c’est bien parce que ce film n’est pas un chef-d’oeuvre. Toutefois, je crois que parmi les pires pustules cinématographiques de son époque, il compte parmi les plus agréables à regarder.

Par nostalgie d’abord, puisqu’il cumule tous les poncifs tendance des nineties. Pour son idée de départ ensuite, parce qu’elle n’est pas si mauvaise en soi. Peut-être légèrement pompée sur Candyman, mais dans une moindre mesure qu’il ne se nourrit telle une sangsue à la jugulaire de Scream. Revenons-en au pitch initial. Les étudiants et héros de ce film sont tous assassinés selon les légendes urbaines narrées par l’un de leur professeur. J’aime beaucoup ce synopsis. Dommage que le film l’ait oublié en cours de route. Les légendes urbaines deviennent rapidement anecdotiques et s’effacent derrière la quête du tueur. Urban Legend reste toutefois un agréable divertissement, idéal pour se marrer entre potes un soir d’ennui.

 

Lire la suite « 4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante »

Publicités
Trucs de mecs
3615 CODE MY LIFE

Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe

Bien sûr, ces « trucs de mecs » n’en sont pas. Rien n’indique que ces activités sont scrupuleusement réservées aux porteurs du costume trois pièces. Il n’empêche que, pour certains, elles relèvent plus des centres d’intérêts masculins que féminins. Pourtant, on peut très bien tenir un blog beauté et aimer quelques trucs « de bonhomme ». La preuve.

 

Films d'horreur

Mater des films d’horreur

Certes, depuis Scream, on sait que les filles adorent frissonner devant un bon petit film d’épouvante. Seulement, dans beaucoup de séries et de films, les femmes – souvent des adolescentes – ne s’adonnent à cette pratique qu’occasionnellement, toutes frisonnantes contre l’épaule de leur prétendant. Dieu merci, les choses bougent, et des personnages comme Audrey dans la série Scream (décidément) commencent à émerger. Dans la vraie vie, des nanas super cool comme Jack Parker ont fait de leur passion pour le genre horrifique un véritable métier.

Lire la suite « Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe »

Films d'horreur
Culture & lifestyle

3 films d’horreur pour « mauviettes »

Je m’adresse aux filles qui ont peur. Celles qui s’effondrent à la moindre goutte de sang. Celles qui se privent sciemment de tout un pan de la production cinématographique. Faites-moi confiance. L’horreur, j’adore. Et rien que pour vous, j’ai sélectionné trois films adaptés à vos craintes.

 

Christine Films d'horreur

 

Christine (1983 – John Carpenter)

On commence en douceur par une adaptation d’un roman de Stephen King. L’histoire d’un gamin se prenant d’affection pour sa voiture. Cette même voiture est dotée d’une conscience et assassine tous ceux qui essayent de se dresser entre elle et son propriétaire. Pitch ridicule pour les non-initiés. Or, nous sommes en présence de deux maîtres du genre, Stephen King et John Carpenter. Le scénario s’avère d’une finesse rare et l’on s’approche plus du thriller psychologique que du véritable film d’épouvante.

Je vous rassure tout de suite, rien ne viendra choquer vos petites mirettes dans Christine. Ici, la peur se base sur l’anticipation. Ce film se passe très bien d’effusions de gore. Il ne contient aucun étalage de tripes, ni de tête tranchée. On s’aperçoit rapidement que le lycéen obsédé par sa bagnole est beaucoup plus inquiétant que l’engin tueur. Une parfaite métaphore du passage à l’âge adulte. Pour preuve de ma bonne foi, j’ai visionné Christine avec une amie terrifiée par son ombre. Et elle a adoré. Je le répète : faites-moi confiance 😉

Lire la suite « 3 films d’horreur pour « mauviettes » »