Comment prendre du poids de manière malsaine
3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

Comment prendre du poids de manière parfaitement malsaine (mes conseils à ne pas suivre)

On ne va pas tourner autour du pot : récemment, j’ai pris 20 kilos. 20 kilos de gras, de sucre et de mauvaises habitudes. Comment aurais-je pu éviter cette tragédie ? En ne suivant pas la stratégie destructrice que je vous décris aujourd’hui.

déprime

Se laisser aller à la déprime

Je pense pouvoir vous révéler sans tabou souffrir d’une dépression chronique. Bien malheureusement, nous sommes une majorité de Français à vivre avec ce trouble. Et ce, pour diverses raisons liées au contexte socio-économique actuel. Quoiqu’il en soit, un grand nombre de ces mêmes Français viennent à en perdre l’appétit. À mon grand désarroi, ce n’est pas mon cas. Ce que j’envie la diète psycho-somatique de certains ! Car dans mon cas, dépression rime avec paquets d’Oreo et carrés de beurre.

manger
Moi, au buffet asiatique

D’autant plus que, pour ma part, le cafard s’accompagne aussi d’une flemmingite aiguë doublée d’un syndrome de « je m’en tamponne le coquillard » sévère. Peu importe si je dois m’habiller de guenilles et manger de l’air cette fin de mois : ce soir, j’en ai ras le sac. Alors, je commande pour 2 500 € de repas dans six restaurants différents et je me fais livrer chez moi. Burgers, tapas, parpaings, Paic citron… Tout y passe. Le problème, c’est que la scène se reproduit, soir après soir. Et mon royal postérieur s’élargit peu à peu.

Lire la suite « Comment prendre du poids de manière parfaitement malsaine (mes conseils à ne pas suivre) »
Publicités
Chagrin d'amour
Culture & lifestyle

Comment survivre à un chagrin d’amour ? Aucune solution miracle

On s’aperçoit que toutes les grandes histoires d’amour ont été racontées, lorsque l’on se sent auteur dans l’âme et que l’on se saisit d’un stylo pour écrire la sienne. On trouve alors à notre histoire de flagrantes similitudes avec celles que d’autres ont auparavant immortalisées sur pellicule, petit écran, grand roman, voire même papier glacé. Et si l’ordinaire de notre situation était justement le meilleur remède contre le chagrin d’amour ?

 

Danny et Sandy

Il fut un temps où nous étions comme Danny et Sandy à la fin du film. Bêtement souriants et béats à l’idée de se retrouver, de se toucher et de s’embrasser. Nous étions ces jeunes gens qui, ensemble, décidaient d’emprunter un véhicule bancal vers de nouveaux cieux instables. Bancal, instables, car nos deux êtres étaient alors uniquement animés par l’amour. La raison avait peu d’importance, seuls « nous deux » comptait. On était beau, amoureux et nous décollions vers une idylle parfaite.

Lire la suite « Comment survivre à un chagrin d’amour ? Aucune solution miracle »

coup de blues automne
Culture & lifestyle

Mes trois remèdes aux petits coups de blues de l’automne

Personnellement, quand la température redescend et que les journées raccourcissent, mon moral est en dent de scie. Je ne suis pas seule dans ce cas. Peu importe ce qu’on traverse, les choses sont toujours plus agréables à vivre au soleil. Néanmoins, l’automne venu, on ne va pas se laisser faire. En espérant que ces trois petits conseils te feront du bien.

 

starbucks

Partir boire un Starbucks

Ou un thé dans ta pâtisserie préférée, un milk-shake chez Steak’n’shake, un litre de gasoil chez Total… Tant que ça te fait plaisir et que ça te pousse à sortir de chez toi. Non pas qu’un week-end à glander devant Netflix ne soit pas fort sympathique de temps en temps. Le souci, c’est que lorsqu’il commence à faire froid, on a moins envie de sortir et on reste à l’abri.

Netflix

Et c’est comme ça qu’on chope le coup de blues de l’automne. Au bout d’un moment, on s’ennuie, on stagne. Sortir juste pour se faire un petit plaisir, pas pour le boulot, pas forcément pour suivre ses potes, c’est bien meilleur pour le moral que de rester chez soi à creuser les coussins du canapé. Puis, ils viennent de ressortir le Pumpkin spice latte chez Starbucks. Alors, vous savez où me trouver.

 

Lire la suite « Mes trois remèdes aux petits coups de blues de l’automne »