Coups de coeur cinéma livre et série
Culture & lifestyle

Série / ciné / livre : quoi voir, quoi lire cet automne ?

Plébiscités ou non, je vous livre mes coups de cœur  du moment. Parce que même si le froid est en retard, les journées raccourcissent. Et c’est ainsi que pousse l’envie d’ouvrir un bon bouquin. Ou de se caler devant un divertissement sympathique.

 

Brooklyn nine nine

❤ La série : Brooklyn nine nine (Fox / NBC / Netflix)

Un jour, l’un de mes collègues de boulot m’a fait une très étrangère remarque. Le malotru m’avait demandé pourquoi je refusais d’opter pour un luxueux fauteuil en cuir avec accoudoirs réglables. Devant tant d’audace, j’ai vociféré : « Mêle-toi de tes oignons. » Ce à quoi, il a répondu : « Ouh, là ! On se calme, Rosa Diaz ! », suscitant l’hilarité générale. Dès lors, on n’a cessé de me surnommer ainsi. Confrontée à ce nouveau sobriquet, je me suis sentie obligée de me renseigner sur ladite Rosa Diaz. Et c’est ainsi que je découvris Brooklyn nine nine, dix ans après tout le monde. Comique et légère, plus maligne qu’elle n’y paraît, cette sitcom potache suit le quotidien d’une brigade de police new yorkaise légèrement dérangée du ciboulot.

Lire la suite « Série / ciné / livre : quoi voir, quoi lire cet automne ? »

Publicités
Teen movies
Culture & lifestyle

4 teen movies qui valent (vraiment) le coup d’oeil

Je déteste les teen movies, littéralement « films pour ados » à l’américaine. American Pie ne m’a jamais fait rire et aurait même tendance à m’ennuyer sérieusement. Pourtant, il existe quelques exceptions à la règle qui, je l’espère, attiseront votre curiosité.

 

Breakfast club

Breakfast club (1985 – John Hughes)

J’ai déjà évoqué plusieurs fois ce chef-d’oeuvre de John Hughes. Je vous sers donc ici un discours un peu réchauffé, mais j’ai pu constater que ce film était malheureusement méconnu auprès des plus jeunes. Bien sûr, Breakfast club repose sur des clichés typiquement américains. Dans un lycée de banlieue, l’intello, le bad boy, la fille populaire, la freak et le sportif se trouvent tous les cinq collés un samedi matin. Procédés de narration ordinaires, mais intelligemment exploités ici.

En effet, nos cinq ados que tout sépare vont progressivement se découvrir un tas de points communs. Vous l’aurez deviné, l’amitié n’est pas loin de naître. Toutefois, ce que j’apprécie dans ce film, ce n’est pas tant l’abattement des différences, mais le cheminement vers celui-ci. Dans Breakfast club, aucun personnage ne s’adapte à un groupe différent du sien pour y être accepté. Chacun fait un effort pour comprendre l’autre. Et avec un brin de tolérance et de compréhension, on s’aperçoit que l’autre n’est finalement ni hostile, ni foncièrement différent de soi. Un message, je pense, essentiel de nos jours.

Lire la suite « 4 teen movies qui valent (vraiment) le coup d’oeil »

chansons sexistes
Culture & lifestyle

4 chansons françaises un brin sexistes qui n’ont choqué personne à leur sortie

Ma playlist se veut très éclectique. Or, j’ai récemment eu envie de variété française. C’est alors que, parmi des chansons qu’il m’arrive de fredonner, j’ai découvert des paroles légèrement, voire carrément sexistes. Florilège.

 

Richard Anthony Amoureux de ma femme

La mauvaise foi selon Richard Anthony : Amoureux de ma femme (1973)

Les plus jeunes doivent aujourd’hui ignorer qui est Richard Anthony. Décédé en 2015, ce chanteur était l’un des artistes les plus populaires de la grande époque Salut les copainsÂge tendre et tête de bois, émissions et magazines pop des années 60. Après une longue traversée du désert, il revient sur le devant de la scène, notamment avec ce titre, Amoureux de ma femme. Avec un ton plus adulte que celui de ses bluettes sixties, Richard Anthony raconte comment après des années d’adultère, il se réveille soudainement… amoureux de sa femme. La grande classe.

Et ce coquinou de Richard ne fait pas dans la dentelle : « Qui sait peut-être nous nous sommes mariés trop jeunes / Et j’avais besoin de vivre ma vie d’homme / De toutes mes idylles j’en ai fait le tour / Je sais que c’est elle mon unique amour. »  Voyons le bon côté des choses, au moins il est honnête. Puis, ça aurait pu être pire. Imaginez s’il lui avait dit : « Chérie, maintenant que j’ai baisé tout ce qu’il y avait de niquable dans le coin, je crois qu’en fait, t’es bien la meilleure pouliche. » Ça passe tout de même mieux en rimes et en chanson. On pourrait se faire l’avocat du diable et penser que Richard Anthony prône un couple moderne, qui pardonne les possibles infidélités de l’un et de l’autre. Sauf que, la femme adultère, Richard la congédiait poliment en 1964 : « Puisque tu as triché / À présent tu peux t’en aller. » Ha… Bon ben, ciao Richard !

Lire la suite « 4 chansons françaises un brin sexistes qui n’ont choqué personne à leur sortie »

Films loin d'être des chefs-d'oeuvre
Culture & lifestyle

4 films loin d’être des chefs-d’oeuvre mais que j’aime bien quand même

Vous vous souvenez, il y a quelques temps, je vous faisais part de ces quatre films adulés par tous et qui me laissaient pourtant de marbre. Et bien, pour ne pas qu’on me prenne pour une rageuse perpétuelle, j’ai décidé d’envoyer de l’amour à des œuvres qui n’en reçoivent habituellement pas, voire peu.

 

anaconda film 1997

Anaconda (Luis Lloza – 1997)

Un peu oublié de nos jours, Anaconda avait pourtant connu un certain succès à sa sortie.  Surfant sur la vague de séries B à base de monstres de l’époque – certainement provoquée par Jurassic Parc -, le bousin était quelque peu sorti du lot. Sûrement grâce à la présence d’Eric Stoltz au casting, second couteau américain, brillant alors de l’aura que lui avaient conféré Pulp Fiction et Jerry Mc Guire. Il faut dire qu’Anaconda ne vaut que pour sa présence. Il cabotine pas mal, mais je le trouve excellent en braconnier aveuglé par l’appât du gain, prêt à tout pour capturer un anaconda vivant. Quitte à prendre tout l’équipage d’un bateau en otage.

Personnellement, je le trouve bien plus flippant que les anacondas eux-mêmes. Je pense d’ailleurs qu’il s’agit d’un véritable parti pris. En effet, j’ai toujours trouvé que les cris des bestioles ressemblaient à s’y méprendre à ceux d’une femme qu’on agresserait. Rien que pour cette idée, je trouve ce film intéressant. Même si on avait déjà vu cette idée ailleurs, dans Massacre à la tronçonneuse 2, par exemple. D’un autre côté, Owen WilsonJennifer Lopez et Ice Cube nous servent un acting correct, loin d’être mémorable. Le montage reste, quant à lui, brouillon. Je me suis toujours sentie frustrée par la fin, extrêmement abrupte. Pour conclure sur un point positif, j’avouerais que je trouve un certain charme aux effets spéciaux… Mais restons-en là.

Lire la suite « 4 films loin d’être des chefs-d’oeuvre mais que j’aime bien quand même »

Retour Buffy Sabrina
Culture & lifestyle

Buffy et Sabrina sont de retour… Bonne ou mauvaise nouvelle ?

C’est officiel, la Fox espère un come-back de Buffy au cinéma ou à la télévision. Et, de son côté, Netflix prévoit un spin-off à Riverdale mettant en vedette un nouveau personnage d’Archie Comics… Sabrina l’apprentie sorcière. Alors, doit-on se réjouir ou pleurer face au retour imminent des deux héroïnes de notre enfance ? Vaste débat.

 

Buffy

Touche pas à ma Buffy

Concernant Buffy contre les vampires, je me montre perplexe. Il y a maintenant quelques années, j’avais été très enthousiasmée par le projet de remake du film Buffy tueuse de vampires, le navet à l’origine de l’excellente série. Sauf que depuis, environ dix ans se sont écoulés, et le show a fêté ses vingt ans. De quoi filer un sacré coup de vieux au scooby-gang. Notamment aux vampires, censés ne pas vieillir. Ce vague projet de remake s’est donc révélé mort-né. Toutefois, le nouvel engouement suscité par ce vingtième anniversaire célébré en grande pompe a dû donner des idées à certains.

Lire la suite « Buffy et Sabrina sont de retour… Bonne ou mauvaise nouvelle ? »

rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #5 : Nicolas Cage, gourou de la secte des lapins roses

Je suis encore en retard pour le Rockyrama Challenge. Fêtes de Noël oblige, je n’ai pas pu visionner tous les films de ma petite liste en décembre. Je ne relâche pas la pression pour autant. Ce mois-ci, Rockyrama m’a emmenée au sommet d’une montage avec Stallone et m’a fait rire dans une école de police. Je vous raconte ?

 

Les ailes de l'enfer

80. Les ailes de l’enfer (1997 – Simon West)

J’étais, au départ, très emballée par Les Ailes de l’enfer. Parce que, d’une part, je suis bonne cliente en matière de films d’action, et d’autre part, parce que je l’ai visionné avec des amis, comme le recommande Rockyrama. De plus, le casting XXL composé, entre autres, de John MalhovitchNicolas Cage et Danny Trejo, nous vendait du rêve à fort taux de testostérone. L’histoire aussi était pleine de promesse : Nicolas Cage, ex ranger, sort de prison après avoir été condamné pour homicide involontaire. Il prend un avion pour rentrer chez lui avec, à son bord, d’autres détenus en transit vers de nouveaux centre de détention. Manque de bol, les criminels parviennent à prendre le contrôle de l’appareil.

Lire la suite « Rockyrama Challenge #5 : Nicolas Cage, gourou de la secte des lapins roses »

Last Christmas
Culture & lifestyle

5 versions de Last Christmas pour se coucher moins bête

En cette période de Noël, certains airs nous trottent dans la tête. Vous connaissez tous le tube de Wham. Mais si, le groupe de George Michael dans les années 80. Laaaaast Christmas, I gave you my heeeeaaaart… Oui, je sens que ça vous revient. Récemment, Ariana Grande y est allée de sa propre interprétation. Et on ne peut pas dire que la starlette fasse dans l’originalité. En effet, cette chanson a connu de multiples reprises. De la plus évidente à la plus aberrante, en voici cinq déclinaisons.

 

La version la plus cheesy par Hilary Duff

Souvenez-vous, en 2001, une blonde aux cheveux gaufrés apparaissaient sur nos écrans. Cette blonde, c’était Lizzie Mc Guire, sous les traits d’Hilary Duff. En parallèle de cette sitcom, la star de Disney Chanel a également tenté une carrière musicale. Vous connaissez peut-être son tube So yesterday, mais beaucoup ignore qu’elle a sorti un album de chansons de Noël en 2002, Santa Claus Lane. J’en ai un peu honte aujourd’hui, mais j’aimais beaucoup la reprise de Last Christmas qui y figurait. Très conventionnelle, culcul la praline au possible, il n’empêche qu’un brin de nostalgie me pousse à la réécouter en cette période de fête. Et bon, on a fait bien pire à cette chanson par la suite…

Lire la suite « 5 versions de Last Christmas pour se coucher moins bête »