On va voir quoi au ciné ?
Culture & lifestyle

Ego-trip mal assumé, voyage mélancolique ou horreur intellectualisée ? On va voir quoi au ciné ?

Ça y est : les beaux jours reviennent, le printemps pointe enfin le bout de son nez. Sauf que. Cette saison, j’ai plutôt envie d’entretenir ma pâleur et de m’enfermer dans les salles obscures. De ce fait, je débriefe mes dernières séances.

Ma vie avec John F. Donovan (Xavier Dolan)

Soupir, soupir… Exaspération, exaspération… Deux heures pour ne rien dire, hormis s’éterniser sur un message simpliste et surtout brasser les clichés récurrents de Dolan qui, au départ, donnaient pourtant au réalisateur toute sa poigne. Le récit s’épanche sur la correspondance entre un acteur de séries télévisées et un tout jeune fan, également acteur en devenir. Si le film veut nous faire comprendre que la célébrité a malheureusement un prix, il nous perd en cours de route en voulant trop en dire, mais sans en faire assez. Effectivement, le problème majeur de Ma vie avec John F. Donovan réside en ce mélange extrêmement mal dosé et indigeste de thématiques, jetées là comme tant d’embryons d’idées, mais jamais développées.

Lire la suite « Ego-trip mal assumé, voyage mélancolique ou horreur intellectualisée ? On va voir quoi au ciné ? »
Publicités
Culture & lifestyle

On va voir quoi au ciné ? Le Grand bain, Les Animaux fantastiques ou Bohemian Rhapsody ?

Cette saison automnale se révèle des plus prolifiques quant à la production cinématographique. Dans un esprit de partage et de franche camaraderie, j’ai traîné mes guêtres dans les salles obscures pour vous aider à choisir parmi les trois grands hits du moment…

Le Grand Bain film

Génération désenchantée : Le Grand bain (Gilles Lellouche)

On nous avait vendu Le Grand bain plus volontiers comme une comédie, et non comme une réflexion sur les espoirs déchus des quarante-cinquantenaires de notre siècle. Autant dire que le spectateur hébété se prend une sacrée claque, car le métrage joue en effet admirablement sur les deux tableaux. La bande à Lellouche se révèle d’une sincérité troublante et bouleversante. Chacun, à sa manière, témoigne de la morosité de ce triste début de siècle, où l’euphorie des décennies passées a laissé place à la crise économique, au burn-out et au trop-plein numérique.

Lire la suite « On va voir quoi au ciné ? Le Grand bain, Les Animaux fantastiques ou Bohemian Rhapsody ? »

Coups de coeur cinéma livre et série
Culture & lifestyle

Série / ciné / livre : quoi voir, quoi lire cet automne ?

Plébiscités ou non, je vous livre mes coups de cœur  du moment. Parce que même si le froid est en retard, les journées raccourcissent. Et c’est ainsi que pousse l’envie d’ouvrir un bon bouquin. Ou de se caler devant un divertissement sympathique.

 

Brooklyn nine nine

❤ La série : Brooklyn nine nine (Fox / NBC / Netflix)

Un jour, l’un de mes collègues de boulot m’a fait une très étrangère remarque. Le malotru m’avait demandé pourquoi je refusais d’opter pour un luxueux fauteuil en cuir avec accoudoirs réglables. Devant tant d’audace, j’ai vociféré : « Mêle-toi de tes oignons. » Ce à quoi, il a répondu : « Ouh, là ! On se calme, Rosa Diaz ! », suscitant l’hilarité générale. Dès lors, on n’a cessé de me surnommer ainsi. Confrontée à ce nouveau sobriquet, je me suis sentie obligée de me renseigner sur ladite Rosa Diaz. Et c’est ainsi que je découvris Brooklyn nine nine, dix ans après tout le monde. Comique et légère, plus maligne qu’elle n’y paraît, cette sitcom potache suit le quotidien d’une brigade de police new yorkaise légèrement dérangée du ciboulot.

Lire la suite « Série / ciné / livre : quoi voir, quoi lire cet automne ? »

Glitter Mariah Carey
Culture & lifestyle

De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey)

Le 11 septembre 2001 sort sur les écrans américains un drame sentimental nommé Glitter avec la chanteuse Mariah Carey dans le rôle titre. Non seulement, la date de sortie coïncide avec le drame des tours jumelles, mais en outre, le film s’avère d’une niaiserie crasse qui entraînera la diva dans une longue traversée du désert de près de quatre ans.

 

Alors, 17 ans plus tard, que peut-on retenir de Glitter ? Chef-d’oeuvre incompris ? Téléfilm agréable qui n’aurait pas mérité une sortie ciné ? Nanar sympathique ? Soyons clairs dès le départ : Glitter n’est rien de plus qu’un mauvais film. J’avoue, petite, j’avais aimé cette nunucherie de 104 minutes. Il faut dire qu’à l’époque, il me suffisait d’entendre une pop star quelconque pousser deux trois notes pour que mon petit cœur s’emballe et que je sois conquise. Toutefois, le revisionnage récent de Glitter m’a paru beaucoup moins agréable à 25 qu’à 9 ans. Ha, ma jeunesse envolée.

 

Glitter Mariah Carey
Nan mais déjà cette casquette ne présageait rien de bon.

Un naufrage annoncé

Mariah Carey aurait pu pourtant sentir venir la catastrophe. À la fin des années 90, on lui colle la bonne idée de participer à un film romancé sur les débuts de sa carrière. Dès lors, on devine le scénario peu inspiré  : une pauvre petite orpheline rencontre un producteur de musique qui fera d’elle une star. Ainsi naquit le projet All that glitters (titre provisoire). Forcément – on connaît son penchant pour l’ego trip -, Mariah se jette à corps perdu dans cette folle aventure. Elle débute rapidement la production de l’album éponyme. L’intrigue se déroulant dans les années 80, il est décidé d’en faire un hommage à la funk des clubs new-yorkais de l’époque.

Lire la suite « De l’art de revoir Glitter (ce gros navet avec Mariah Carey) »