J'aime trop le maquillage pour vire sans... Et alors ?
3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

J’aime trop le maquillage pour vivre sans… Et alors ?

Je peux tout à fait sortir faire mes courses avec 18 couches de fond de teint et une paire de faux-cils tout sauf naturels. J’assume aussi très bien d’aller travailler avec seulement un petit trait de liner sur la paupière. Néanmoins, vous ne me verrez jamais en public sans une once de maquillage. Et je ne vois pas où est le problème.

Urban Decay Naked palette
Ma Naked témoigne de mon amour infini pour les fards

Dans mon esprit, c’est presque devenu une question de décence. Je me sens toute aussi nue et débraillée sans maquillage que sans culotte sous ma mini-jupe. Très étrangement, ce raisonnement ne dépasse pas le cadre très restreint de ma petite personne. En effet, vous pouvez vous promener sans culotte à l’aube d’une révolution prochaine ou afficher fièrement une peau naturelle sans même une trace de mascara, vous n’observerez de ma part pas le moindre signe de mépris. Chuis comme Mc Do : venez comme vous êtes, je vous prends tel quel. Néanmoins, si vous commencez à pouffer à mon énième raccord poudre ou check-up crayon khôl, là clairement, on ne va plus être copains.

Lire la suite « J’aime trop le maquillage pour vivre sans… Et alors ? »
Publicités
Culture & lifestyle

Typologie des mecs relous qui t’abordent dans la rue

Le harcèlement de rue est une vieille bataille du féminisme. On fait de plus en plus de progrès, malheureusement, les mecs relous demeurent légion. Et il n’y a pas que les dragueurs, les types simplement chiants pèsent aussi dans la balance. Ces derniers peuvent aborder aussi bien une femme qu’un homme d’ailleurs. Petite plongée chez les relous toute catégorie confondue.

 

Harcèlement de rue

Celui qui insiste

Fin stratège, il t’aborde mine de rien pour te demander un service. T’as pas du feu, est-ce que ce métro s’arrête bien à Charpennes, où se trouve la gare de Perrache… Polie, tu réponds. Mais il embraye sur un discours de drague bien rôdé. Tu lui expliques gentiment que tu n’as pas envie de discuter. Il fait mine d’avoir compris et approuve. Sauf qu’il… NE TE LAISSE PAS TRANQUILLE. Il a développé toute une stratégie pour rebondir en cas de refus. Et là, tous les prétextes sont bons pour réengager la conversation : « Tu t’arrêtes à quel arrêt sinon ? » ; « Tu fais du sport ? » ; « Tu écoutes quoi là ? » Mais fous-moi la paix bordel de merde !

Harcèlement de rue

Lire la suite « Typologie des mecs relous qui t’abordent dans la rue »

semaine-de-cauchemar
3615 CODE MY LIFE

Donald Trump, des enfants exploités et YouTube drama : ma semaine de cauchemar

Dans la vie, tu sais, je ne demande pas grand chose. Du lol sur YouTube, du jambon pour mon chien, des bons petits films et la préservation de Ash VS Evil Dead dans la grille des programmes de Starz. On ne peut donc pas dire que je suis une militante hystérique.

 

Pour parler extrêmement schématiquement : je n’aime simplement pas qu’on s’en prenne gratuitement aux enfants, aux minorités, aux animaux de compagnie et aux droits des femmes. Et jusque-là, je pensais qu’on était tous d’accord, au moins sur ces points. Pour moi, seuls quelques vieux extrémistes du bord PMU et les illuminés archaïstes de la Manif pour tous auraient pu penser le contraire. Sauf que. Cette semaine, je me suis aperçue que les excités du bulbe étaient bien plus nombreux que je ne l’imaginais. Et je m’en suis pris plein la gueule.

semaine de cauchemar

Lire la suite « Donald Trump, des enfants exploités et YouTube drama : ma semaine de cauchemar »