Films d'horreur de série B
Culture & lifestyle

Faux sang et gélatine : quatre films d’horreur de série B pour soirée pluvieuse

À l’heure où j’écris ces lignes, il ne cesse de pleuvoir sur le joli mois de mai. La météo m’a ainsi conduite à m’installer au chaud sur mon canapé devant de merveilleuses séries B d’horreur. Florilège.

Le chef-d’œuvre : Maniac (William Lustig – 1980)

Apprécier les séries B horrifiques, c’est quelque part se laisser aller aux nanars assumés et en apprécier la saveur. Or, avec Maniac, on découvre bien plus qu’un déluge de faux sang et de surenchère gore. Pionnier du psycho killer movie, Maniac retrace l’itinéraire d’un sociopathe dans toute sa folie meurtrière. Son originalité réside en l’absence d’autre point de vue que celui du tueur de femmes, incarné avec brio par le regretté Joe Spinell, éternel second couteau, vu notamment dans Rocky et Le Parrain. Un parti-pris qui prend irrémédiablement le spectateur à la gorge.

Lire la suite « Faux sang et gélatine : quatre films d’horreur de série B pour soirée pluvieuse »
Publicités
rockyrama challenge
Culture & lifestyle

Rockyrama Challenge #2 : Avec Bruce Campbell, entre le feu et la glace

Nous voici un mois après le premier volet du Rockyrama Challenge. Pour cette issue de juillet, je dois bien avouer que les cinq films qui s’offraient à moi ne m’enchantaient pas vraiment. Pourtant, j’ai croulé sous les bonnes surprises. Retour sur ces longs-métrages que je ne regrette pas d’avoir visionné…

 

Bubba Ho-tep

95. Bubba Ho-Tep (Don Coscarelli – 2002)

En tant que méga fan de la trilogie Evil Dead, j’aime énormément Bruce Campbell, un acteur parfois considéré comme raté. En cause : une flopée de films de série B d’un goût plutôt douteux. Pourtant, le « groovy Bruce » a su prouver à de maintes reprises qu’il savait surprendre. Notamment à la sortie de l’incroyable My name is Bruce, auto-parodie qu’il a lui-même réalisée. Dans ce film, un gamin somme l’acteur de sauver son village, menacé par un démon. Dans son esprit et dans celui du public, Bruce Campbell = Ash, le héros d’Evil Dead. Au début du film, le jeune homme prononce une réplique qui m’a, jusqu’alors, toujours intriguée : « Bien sûr que tu aimes Bubba Ho-Tep ! Tout le monde aime Bubba Ho-Tep ! »

Lire la suite « Rockyrama Challenge #2 : Avec Bruce Campbell, entre le feu et la glace »