J'ai détesté être une enfant
3615 CODE MY LIFE

J’ai détesté être une enfant, et vous savez quoi ? Ce n’est vraiment pas la mer à boire

Pour beaucoup, l’enfance est un souvenir doux, chaud et rassurant. Ce n’est pas mon cas. Mon enfance ne répond pas pour autant à la définition de l’enfer. Loin de moi cette idée. Néanmoins, je préfère largement être une grande fille. N’en déplaise au reste du monde.

Je n’ai pas vécu une enfance difficile. Au contraire, j’ai deux parents aimants, qui m’ont choyée, gâtée et élevée dans une douce maisonnée. Tout pour être heureuse. Et pourtant, j’étais une enfant frustrée et triste. C’est peut-être une maladie inhérente aux enfants uniques, égocentriques et nombrilistes. Mais j’ai cessé de me sentir coupable. Je suis quelqu’un d’égoïste et d’impatient. Telle est ma nature. Comme tout le monde, j’ai des défauts. Mais je me soigne et j’imagine que le reconnaître fait partie du processus d’assainissement. Néanmoins, petite, la sagesse de l’expérience ne m’avait pas encore touchée de sa grâce. Alors, ma frustration et mon impatience étaient des poids que je traînais comme un boulet à ma cheville.

blasé GIF
Moi, 5 ans, devant mon bol d’Apple Mini’s.

Je fais partie de la génération Lolita. Ces petites filles qui ont grandi avec un référentiel pop ambiguë, entre Britney, Alizée et Lorie. Des vedettes à l’image vertueuse, mais pourtant ultra sexualisée, jouant sur la gamme de l’ambivalence. Je voulais être elles. Jouer à imiter leurs chorégraphies dans la cour de récré ne m’amusait pas. Je ressentais le besoin irrépressible d’être grande, tout de suite, maintenant. Une jolie blonde sexy, mince et couronnée de succès. S’il y avait eu un bouton pour sauter directement de mes 7 à mes 19 ans, j’aurais appuyé tout de suite dessus, sans hésiter une seule seconde. Or, j’étais une gamine boulotte, laide et un peu gauche. Et il fallait que je fasse avec. Ce qui m’agaçait au plus haut point.

Lire la suite « J’ai détesté être une enfant, et vous savez quoi ? Ce n’est vraiment pas la mer à boire »
Publicités
mes pires dates
3615 CODE MY LIFE

L’abominable bouffeur de chicken Mc nuggets et autres dates désastreux

Vous le savez, mon dernier date Tinder n’était vraiment pas une réussite. La voix classique des rencontres ordinaires ne m’a pas pour autant permis de rencontrer la perle rare. Bien au contraire. Ci-gît mes pires dates, en l’attente de romances bien plus heureuses….

nuggets poulet

L’abominable bouffeur de chicken Mc nuggets

J’étais à un âge où un date au Mc Do pouvait encore paraître acceptable. Et l’insouciance de ma jeunesse avait alors jeté un voile sur la radinerie de mon charmant prétendant. Mince, grand, élégant, il avait un sourire épatant. De grandes dents blanches, parfaitement alignées. Il était, par ailleurs, un peu plus âgé que moi. En âge ainsi de savoir que le fast-food était tout aussi romantique qu’une paire de chaussettes sales gardée pendant l’amour. Rétrospectivement, j’ai fini par comprendre que sa gentille invitation au palais des graisses saturées tenait plus de l’économie drastique que de la belle attention. Aveugle, je me suis ainsi retrouvée main dans la main avec mon soupirant dans la file d’attente du « restaurant ». Il commande alors un maxi best-of avec six chicken Mc nuggets, une grande frite et une Badoit. Mes souvenirs restent flous concernant mon propre choix de victuailles, mais j’imagine qu’il devait être du même acabit.

Mc donald's nuggets
Bande de cons…
Lire la suite « L’abominable bouffeur de chicken Mc nuggets et autres dates désastreux »
presque-30-ans
3615 CODE MY LIFE

Le jour où j’ai découvert que j’avais presque 30 ans

Il y a quelques temps, je vous racontais avoir découvert que je n’étais plus une ado. Néanmoins, je suis un peu longue à la détente, car il aura fallu attendre 2019 pour que je découvre que j’étais plus proche de la trentaine que de ma lointaine vingtaine…

C’est arrivé un soir d’hiver. Je me perdais sur YouTube – car oui en vieille jeune que je suis, je ne regarde plus ta télé préférant les divertissements pour moins de 16 ans – et par le truchement improbable de l’algorithme, je tombai sur les américains de React Channel. La vidéo était intitulée « Kids react to Madonna ». Et c’est ainsi que mon doigt boudiné vint se poser sur la vignette, me disant que forcément, les kids connaissaient Madonna (ben oui, quand même, merde !).

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris que non seulement, les kids ne connaissaient pas Madonna, mais en plus, ils semblaient particulièrement troublés par les images des clips de Like a prayer, Vogue, MusicRay of light… Autant de classiques de la musique contemporaine qui font et feront toujours vibrer mon petit cœur d’enfant des nineties biberonée à Parker Lewis. Vous comprendrez donc mon indignation. Non, mais franchement, on leur apprend quoi à l’école ?!

Lire la suite « Le jour où j’ai découvert que j’avais presque 30 ans »
raconter une histoire
Culture & lifestyle

Et si je vous racontais une histoire ?

De la pure fiction. Un roman, une fable, une nouvelle. Embarqueriez-vous à bord de mon récit pour suivre mille et une péripéties fantasques et insolites ? Je suppose que oui. Sinon, vous n’auriez pas cliqué sur ce lien. Alors, d’accord. Reste à choisir le genre de notre fabuleux épître. Amour, aventure, fantastique ? 

Roman d'amour. Quand Harry rencontre Sally.

Ce pourrait être une histoire d’amour. Lui, un mauvais garçon aux yeux clairs. Beau, aux vocations professionnelles floues, mais étrangement jamais à court d’argent. Une cicatrice sur la joue ne troublerait en rien la flagrante beauté de son visage et décuplerait son pouvoir d’attraction. Elle, brillante reporter de terrain. Mignonne, bien qu’un brin banale, tiraillée entre sa carrière encore à naître et le magnétisme qu’il exerce sur elle. Des démons judiciaires pourraient le rattraper, tandis qu’elle peinerait à prouver son innocence. En vain. Choisira-t-elle de s’enfuir avec lui ? Préférera-t-elle vouer sa vie au journalisme ? Ou décidera-t-il d’accepter sa sentence pour mieux lui rendre sa liberté ? Hum. On a déjà lu cette histoire 500 fois. Changeons de registre.

Lire la suite « Et si je vous racontais une histoire ? »
Whitney Houston
3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

Mes Unpopular opinions : quand je me trouve en désaccord avec le reste du monde

Le concept des Unpopular opinions fleurit un peu partout sur le Web. Vous vous en doutiez : la râleuse intempestive que je suis n’a pu s’empêcher de sauter sur l’occasion pour clamer haut et fort son ressenti sur certaines opinions toutes faites. Ça ne plaira certainement pas à tout le monde, mais je m’en sens déjà fort satisfaite.

Whitney Houston et George Michael

Whitney Houston, Mariah Carey et George Michael sont des dieux de la pop

S’il y a bien des discours qui m’exaspèrent, ce sont ceux-là. « Ouais, Whitney Houston, elle n’a fait qu’un seul morceau de bien. Et c’est une reprise de Chaka Khan » ; « George Michael ?! Le type qui sautillait en short blanc avec un brushing douteux ? » ; « Oh, la, la ! T’as vu la robe de la Mariah ? Je ne porterais pas ça si j’étais aussi grosse qu’elle. » J’enrage derrière mon écran. Parce que ces réflexions prouvent un manque de culture flagrant qui s’auto-satisfait de sa bêtise crasse. Je reconnais à Whitney n’avoir effectivement été que l’ambassadrice d’une pop sucrée commerciale au possible… Mais pas sans intérêt artistique. Avez-vous déjà essayé de tenir le « And IIIIIIiiiiiiii » d’I will always love you d’un bout à l’autre en préservant la justesse de la note ? Oui, c’est une prouesse. Que vous appréciez ou non, c’en est une et la dame mérite sincèrement qu’on s’incline.

George Michael et Mariah Carey
Lire la suite « Mes Unpopular opinions : quand je me trouve en désaccord avec le reste du monde »
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Ces outrages au maquillage que je commettais à 16 ans

On ne va pas se mentir : avoir 16 ans, c’est l’enfer. L’acné, le lycée, les débordements sentimentaux, la résidence forcée chez le couple parental… Mais le pire du pire reste sans conteste ces faux-pas make-up qu’on assume ensuite très mal à l’âge adulte. Vous êtes sorti avec des étoiles au liner sur la tronche dans les années 2000 ? Cet article vous est cordialement dédié.

Avoir du style en 2006 (oui, c’est moi)

L’oeil Droopy à la Avril Lavigne

Haaa… Avril. La vedette de l’époque à qui tout le monde voulait ressembler. Personnellement, je lui ai rapidement préféré Marilyn Manson et Eths (je n’avais pas forcément bon goût pour autant). Néanmoins, son fameux oeil qui tombe et qui dégouline de khôl faisait tout de même partie de mon look d’adolescente rebelle. Dans son infinie bonté, ma mère m’avait offert une palette de tons gris Clarin’s. Je prenais simplement la teinte la plus foncée et je tartinais, je tartinais jusqu’à ce que l’ensemble soit bien épais et bien noir. Base paupière ? Dégrader ? Couleur de transition ?  Et ouais, on n’avait pas YouTube à l’époque… Toutefois, je ne m’arrêtais pas là, cher lecteur amateur de bon goût. 

smoky eye : expectation VS reality
Expectation VS Reality
Lire la suite « Ces outrages au maquillage que je commettais à 16 ans »
Ce que je veux pour Noël
3615 CODE MY LIFE

Tout ce que je veux pour Noël… (Et non, ce n’est pas toi)

Un mois nous sépare de la dinde, du Champagne, des cotillons et de l’indigestion. C’est alors que je m’aperçois n’avoir jamais écrit ma lettre au Père Noël. Non, même pas petite. J’ignore s’il jugera que j’ai été sage, néanmoins j’espère qu’il accordera un peu de crédit à la lettre d’une presque-trentenaire qui croulera bientôt, ivre morte, sous le sapin et les branches de gui.

 

ce-que-je-veux-pour-Noel

Née Mosellane, j’ignore si je dois faire parvenir ma missive à ton adresse ou à celle de Saint-Nicolas. Considérant que la plupart des gamins se contentent d’indiquer « Père Noël – Pôle Nord » sur leur enveloppe, j’imagine que mon épître finira bien par arriver à destination. Quoiqu’il en soit, j’espère que tu es plutôt du genre Père Noël à la cool façon Tim Allen, car je n’ai de sage que les contours de l’image. Toutefois, je n’ai poussé personne sous un bus cette année, alors bon, j’imagine que je mérite deux-trois paquets sous le conifère… Au même titre que Damien, six ans, qui lèche de la pâte à modeler.

étoiles de Noël

Trêve de bavardage. Venons-en aux faits. Cher Père Noël adoré, pourrais-tu s’il te plaît effacer les 15 kilos de graisse que j’ai accumulé chaque mercredi soir de déprime devant Le Meilleur pâtissier ? Et, par la même occas’, diminuer la taille de mon estomac pour que je ne les reprenne pas de sitôt ? Tu l’as bien fait pour Mariah Carey, alors pourquoi pas pour moi ? Oui, n’essaye pas de nier, je sais que tu es responsable de ce tour de passe-passe. Elle est en charge de ta propagande chaque année depuis 1994. Alors ne me fais pas croire que cette fonction ne lui confère pas quelques avantages.

étoiles de Noël

Lire la suite « Tout ce que je veux pour Noël… (Et non, ce n’est pas toi) »