raconter une histoire
Culture & lifestyle

Et si je vous racontais une histoire ?

De la pure fiction. Un roman, une fable, une nouvelle. Embarqueriez-vous à bord de mon récit pour suivre mille et une péripéties fantasques et insolites ? Je suppose que oui. Sinon, vous n’auriez pas cliqué sur ce lien. Alors, d’accord. Reste à choisir le genre de notre fabuleux épître. Amour, aventure, fantastique ? 

Roman d'amour. Quand Harry rencontre Sally.

Ce pourrait être une histoire d’amour. Lui, un mauvais garçon aux yeux clairs. Beau, aux vocations professionnelles floues, mais étrangement jamais à court d’argent. Une cicatrice sur la joue ne troublerait en rien la flagrante beauté de son visage et décuplerait son pouvoir d’attraction. Elle, brillante reporter de terrain. Mignonne, bien qu’un brin banale, tiraillée entre sa carrière encore à naître et le magnétisme qu’il exerce sur elle. Des démons judiciaires pourraient le rattraper, tandis qu’elle peinerait à prouver son innocence. En vain. Choisira-t-elle de s’enfuir avec lui ? Préférera-t-elle vouer sa vie au journalisme ? Ou décidera-t-il d’accepter sa sentence pour mieux lui rendre sa liberté ? Hum. On a déjà lu cette histoire 500 fois. Changeons de registre.

Lire la suite « Et si je vous racontais une histoire ? »
Publicités
Ode à mon chien
3615 CODE MY LIFE

Ode à mon chien, ses pets et sa magnificence

L’autre jour, alors que je rentrais chez moi, la culpabilité des achats compulsifs pesant sur mes épaules, je croisai un individu de sexe masculin. Sans salutations et se pensant flatteur, celui-ci vint faire l’éloge de mes lèvres en m’imaginant moult dons pour la fellation. Je rentrai donc outrée, fulminante… Jusqu’à ce qu’une petite truffe noire fasse irruption sur le pallier.

 

Car, oui. Rien ne sait mieux me faire oublier les désagréables instants de cette vie que mon adorable compagnon. La nature l’a voulu bichon. Or, déjà à l’état de cellule, il n’en a fait qu’à sa tête. Ainsi, au lieu d’un bichon maltais, je me retrouve avec cette improbable bestiole, trop haute sur pattes, aux poils bouclés, mais pas assez pour être défini comme bichon frisé. Un bichon friltais. Certes. Mais d’une beauté sans pareil, qu’aucun pur race ne pourrait égaler. Ma mère, en fêtarde aux accents chics, a souhaité l’appeler Chivas, comme le whisky. Alors, il en a été ainsi.

Ode à mon chien
À 4 mois, déjà le plus beau.

Dès son arrivée chez nous, mon année de troisième, il s’est vite imposé comme le maître des lieux. La première nuit, déjà. Alors que nous étions résolus à le laisser dormir dans la cuisine, ses cris nocturnes déchirants firent céder ma mère. Elle l’accueillit dans sa chambre, pièce que la bête ne quitterait bientôt plus. Au point que, de nos jours, le vil canin se prélasse sur l’oreiller et la couette moelleuse, pendant que nous trimons pour gagner notre croûte. Et pourtant, mon père a longtemps essayé de lui interdire l’accès aux matelas et autres canapés… Aujourd’hui, l’homme du foyer demande poliment au bichon s’il peut s’asseoir à côté de lui devant la télé.

Lire la suite « Ode à mon chien, ses pets et sa magnificence »

Chagrin d'amour
Culture & lifestyle

Comment survivre à un chagrin d’amour ? Aucune solution miracle

On s’aperçoit que toutes les grandes histoires d’amour ont été racontées, lorsque l’on se sent auteur dans l’âme et que l’on se saisit d’un stylo pour écrire la sienne. On trouve alors à notre histoire de flagrantes similitudes avec celles que d’autres ont auparavant immortalisées sur pellicule, petit écran, grand roman, voire même papier glacé. Et si l’ordinaire de notre situation était justement le meilleur remède contre le chagrin d’amour ?

 

Danny et Sandy

Il fut un temps où nous étions comme Danny et Sandy à la fin du film. Bêtement souriants et béats à l’idée de se retrouver, de se toucher et de s’embrasser. Nous étions ces jeunes gens qui, ensemble, décidaient d’emprunter un véhicule bancal vers de nouveaux cieux instables. Bancal, instables, car nos deux êtres étaient alors uniquement animés par l’amour. La raison avait peu d’importance, seuls « nous deux » comptait. On était beau, amoureux et nous décollions vers une idylle parfaite.

Lire la suite « Comment survivre à un chagrin d’amour ? Aucune solution miracle »

Culture & lifestyle

Pourquoi faut-il adopter un chien plutôt qu’un mec ?

L’année de mes 15 ans, ma mère a cédé et a accepté que nous adoptions un chien. Depuis, les années ont passé, les mecs aussi, mais Chivas reste. Pourquoi ? Ma foi, c’est évident.

 

15. Il ne se retient pas de péter en ta présence. Et toi non plus d’ailleurs ! Finis les ballonnements intempestifs.

Chien

 

14. Tu ne peux pas lui en vouloir d’avoir oublié ton anniversaire. En même temps, c’est un chien…

 

13. Il pue de la gueule, mais tu t’en fous. Il est TELLEMENT mignon.

Chien

Lire la suite « Pourquoi faut-il adopter un chien plutôt qu’un mec ? »

sexe
3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

[Spécial sexe] 5 choses qu’on voudrait que les mecs arrêtent de faire au lit

C’est l’été, il fait chaud, les corps se découvrent et il nous pousse des envies. Mes copines et moi avons les hormones en ébullition. Résultat : nos plus grands sujets de discussion se résument aux mecs et au sexe. Et nous avons listé cinq choses que la gente masculine doit impérativement arrêter de faire au lit. Ouvrez grand les oreilles les gars.

 

sexe

Nous aspirer les lèvres en mode mérou

On le sait, vous voulez nous témoigner votre passion et votre irrésistible envie de nous dévorer littéralement. Sauf que nous n’avons rien en commun avec un Big Mac. Alors, POURQUOI OUVRIR SI GRAND LA BOUCHE ? Lors d’un baiser passionné, certains mecs croient bon de positionner leurs lèvres non pas sur les nôtres, mais carrément autour. Ce qui donne légèrement l’impression de se faire aspirer l’âme par un détraqueur. Alors, du calme. Allez-y doucement. Avec un peu de pratique, on arrive à montrer tout son entrain sans tartiner sa partenaire de salive.

Lire la suite « [Spécial sexe] 5 choses qu’on voudrait que les mecs arrêtent de faire au lit »

Tinder
3615 CODE MY LIFE

Le jour où j’ai découvert que Tinder, ça craint.

Une mauvaise expérience sur Tinder peut tourner à la décrépitude totale. Pourtant, avec un peu de philosophie, on peut devenir un loser magnifique. J’ai fait ce choix et je vous l’explique.

 

Au cas où vous seriez comme ma copine Amélia qui ne sait ni tenir une souris, ni utiliser Instagram – ce qui lui confère un charme indéniable – vous ignorez peut-être ce qu’est Tinder. Cette application  de rencontres repose sur un principe très simple. Elle géolocalise les célibataires alentours et leurs photos apparaissent comme par magie sur votre smartphone. Si un joli minois vous plaît, vous le glissez vers la droite. Au contraire, si vous tombez sur une alliance improbable entre Gollum et Voldemort, vous pourrez toujours jeter sa sale tronche vers la gauche, soit « poubelle ». Simple, cruel et efficace.

Tinder
Là, j’hésite. Sincèrement, je suis troublée.

Lorsque quelqu’un vous balance sur la droite et que, sans même le savoir, vous lui rendez magnifiquement la pareille, il y a « match ». L’application vous autorise alors à chatter directement avec cette personne. Dans mon cas, j’ai très rapidement matché avec un être charmant. Nous nous sommes, en quelques lignes, découvert une passion commune pour David Lynch et les Chesterfields. Nous étions faits l’un pour l’autre, il fallait que l’on se voit. Habituée à sortir dans toute ma folie rock’n’roll, j’ai donc enfilé mon plus joli T-shirt AC/DC et j’ai négligemment passé la main dans mes cheveux. Direction le bar du coin.

Lire la suite « Le jour où j’ai découvert que Tinder, ça craint. »