achats compulsifs qu'il faut que je restreigne
3615 CODE MY LIFE

Ces achats compulsifs qu’il faut absolument que je restreigne

Ce n’est un secret pour personne : je suis une acheteuse compulsive. Néanmoins, si j’ai appris à me soigner, il me reste quelques vices par ci par là. Je me confesse…

rouges à lèvres

Des tubes de rouges à lèvres à en faire exploser les tiroirs

Il faut bien l’avouer : le rouge à lèvres n’est pas la seule dépense déraisonnable à laquelle je me livre lorsqu’il est question de maquillage et même de cosmétiques en général. En effet, je possède une caisse entière de produits encore fermés et jamais utilisés dans ma salle de bains. Et sa simple vue me procure du bonheur #MéthodeMarieKondo. Néanmoins, le lipstick conserve une place toute particulière dans ce joyeux bardas.

rouges à lèvres GIF
Moi, apprenant l’invasion coréenne.

Ma collection de rouges à lèvres occupe bien deux tiroirs du petit meuble en plex posé sur ma coiffeuse. Deux tiroirs tellement tassés que j’ai commencé à remplir une boîte en carton également. On est encore loin de certaines aficionados pouvant accumuler des centaines de RAL, mais si je ne me contenais pas, je rejoindrais allègrement leurs rangs. C’est plus fort que moi : dès qu’une couleur me plaît, j’achète. Je me dis qu’au moins, si les Coréens attaquent et que la pénurie gronde, je pourrais survivre en mangeant mes tubes de rouges à lèvres : voyons le bon côté des choses.

Lire la suite « Ces achats compulsifs qu’il faut absolument que je restreigne »
Shopping Haul accidentel
3615 CODE MY LIFE, Beauté, Culture & lifestyle

Un chien qui fait du yoga, une éponge vivante et une bombe de bain : mon heure de shopping compulsif (haul accidentel)

Je suis déprimée. Et quand je suis déprimée, je mange. Or, je suis au régime. En temps normal, je me rabattrais sur la cigarette. Or j’ai arrêté de fumer. Excuse parfaite pour m’adonner à mon troisième vice : l’achat compulsif.

Oniomaniaque ou acheteuse compulsive. C’est certainement le terme qu’un psychologue emploierait à mon sujet. Du moins, au sujet de la personne que j’étais il y de cela six ans. Une époque où je découvrais, non seulement la vie loin de mes parents, mais aussi Lyon, le grand centre commercial de La Part Dieu, les magasins de la rue Victor-Hugo et les alentours de la place des Terreaux. Je prenais le métro, j’entrais dans les boutiques et j’achetais tout ce dont j’avais envie. Jusqu’à ce que ma carte bleue ne passe plus. Et ce, pendant presque deux ans. Néanmoins, je vous avouerais qu’il est difficile de rester oniomaniaque lorsqu’on est étudiante sans aucun revenu.

acheteuse compulsive GIF

De ce fait, le trou dans mon compte en banque m’a radicalement soignée. Ma mère a dû combler mon découvert une seule fois et je me suis jurée qu’elle n’aurait plus jamais à le faire. Toutefois, je n’ai jamais été complètement guérie. Il m’arrive de temps en temps de craquer. Toujours dans les limites du raisonnable, même si à chaque fois, je me dis que je n’aurais pas dû dépenser autant. Mais une autre part de moi se dit aussi : « Et puis merde, les autres craquent bien aussi de temps en temps !  » Personne n’est parfait et surtout pas moi, alors à quoi bon ? ALLONS DÉPENSER DE L’ARGENT. Crise et pétage de plombs ce mardi. Banquier en berne ce mercredi.

Shopping-avril

Lire la suite « Un chien qui fait du yoga, une éponge vivante et une bombe de bain : mon heure de shopping compulsif (haul accidentel) »