Films méconnus pour l'automne
Culture & lifestyle

Quatre films méconnus pour rebooster son moral à l’approche de l’automne

Il commence à faire si froid qu’hier, j’ai sorti mon manteau d’hiver tout bordé de fausse fourrure noire. Un temps bruineux, une ambiance sombre… Je n’ai qu’une envie : me réfugier chez moi, lovée dans un plaid moelleux, pour regarder un film. Comédie, frissons ou même émotions, tous les genres de l’art filmique viennent tour à tour réchauffer mon cœur et mon âme glacés par les prémisses de l’automne. Et c’est souvent lors de ces séances de demi-saison que je découvre quelques pépites oubliées. Florilège.

 

Terreur sur la ligne

Terreur sur la ligne (When a stranger calls, Fred Walton – 1979)

Méconnu, Terreur sur la ligne ? Je suis la première à m’offusquer. Néanmoins, j’eus la désagréable surprise de découvrir que son évocation enthousiasmait beaucoup moins les foules que L’Exorciste ou Vendredi 13. C’est pourquoi il trouve étonnement bien sa place ici, en ce début de mois d’octobre et à l’approche d’Halloween. Pour ceux qui l’ignorent donc, Terreur sur la ligne retrace l’histoire d’une jeune baby-sitter aux prises avec un dangereux tueur. Les parents sortis, la marmaille au lit, elle entame un jeu de piste macabre avec le psychopathe qui la terrorise au téléphone.

Lire la suite « Quatre films méconnus pour rebooster son moral à l’approche de l’automne »

Publicités
Gwyneth Paltrow
Culture & lifestyle

J’ai testé… Cuisiner comme Gwyneth Paltrow, aka la meuf à Iron man

Depuis quelques années, Gwyneth Paltrow est devenue un gourou. Gourou de la cuisine healthy et gourou de la cosmétique naturelle. Tant et si bien que faire un tour sur Goop – son site internet – peut s’associer, pour certains, à une procession de foi. Personnellement, j’étais sceptique. Finalement, je suis tombée à genoux devant la madone.

Gwyneth Paltrow Tout est simple recettes

Tout a commencé par une chaude journée d’été. La climatisation du bureau en panne, j’étais sur le point de me liquéfier. Quand soudain, une oasis. Les pages mode du magazine pour lequel je travaille étaient tombées. J’allais pouvoir m’en délecter. Et là, dans la rubrique « dressing », je l’aperçois. La Beauté naturelle by Goop – préface de Gwyneth Paltrow. Mon Dieu ! J’ignorais qu’on traduisait en français les ouvrages de la grande prêtresse ! Le soir même, je fouinai dans les rayonnages de la Fnac à la recherche de l’un de ses précieux recueils de recettes. Je les trouvai tous. Mon choix se porta alors sur Tout est simple et ses « délicieuses recettes pour ceux qui n’ont pas le temps de cuisiner ».

Lire la suite « J’ai testé… Cuisiner comme Gwyneth Paltrow, aka la meuf à Iron man »

Shopping Haul accidentel
3615 CODE MY LIFE, Beauté, Culture & lifestyle

Un chien qui fait du yoga, une éponge vivante et une bombe de bain : mon heure de shopping compulsif (haul accidentel)

Je suis déprimée. Et quand je suis déprimée, je mange. Or, je suis au régime. En temps normal, je me rabattrais sur la cigarette. Or j’ai arrêté de fumer. Excuse parfaite pour m’adonner à mon troisième vice : l’achat compulsif.

Oniomaniaque ou acheteuse compulsive. C’est certainement le terme qu’un psychologue emploierait à mon sujet. Du moins, au sujet de la personne que j’étais il y de cela six ans. Une époque où je découvrais, non seulement la vie loin de mes parents, mais aussi Lyon, le grand centre commercial de La Part Dieu, les magasins de la rue Victor-Hugo et les alentours de la place des Terreaux. Je prenais le métro, j’entrais dans les boutiques et j’achetais tout ce dont j’avais envie. Jusqu’à ce que ma carte bleue ne passe plus. Et ce, pendant presque deux ans. Néanmoins, je vous avouerais qu’il est difficile de rester oniomaniaque lorsqu’on est étudiante sans aucun revenu.

acheteuse compulsive GIF

De ce fait, le trou dans mon compte en banque m’a radicalement soignée. Ma mère a dû combler mon découvert une seule fois et je me suis jurée qu’elle n’aurait plus jamais à le faire. Toutefois, je n’ai jamais été complètement guérie. Il m’arrive de temps en temps de craquer. Toujours dans les limites du raisonnable, même si à chaque fois, je me dis que je n’aurais pas dû dépenser autant. Mais une autre part de moi se dit aussi : « Et puis merde, les autres craquent bien aussi de temps en temps !  » Personne n’est parfait et surtout pas moi, alors à quoi bon ? ALLONS DÉPENSER DE L’ARGENT. Crise et pétage de plombs ce mardi. Banquier en berne ce mercredi.

Shopping-avril

Lire la suite « Un chien qui fait du yoga, une éponge vivante et une bombe de bain : mon heure de shopping compulsif (haul accidentel) »

no-bra
Culture & lifestyle

Jamais sans mon soutif : pourquoi la tendance #Nobra ne passera pas par mes nibards

Il paraît que la tendance est de laisser son soutien-gorge au placard pour arpenter les trottoirs nénés libres, flottant aux quatre vents #Nobra. Je n’ai rien contre. Mais je ne suis personnellement pas prête de libérer les deux fauves sous mon pull.

 

soutien-gorge
Avouez que c’est particulièrement seyant…

Parce que je suis née un soutien-gorge sur la tête

Le saviez-vous ? Je suis issue d’une longue lignée de… Vendeuses en lingerie. En fait de longue lignée, ma grand-mère était l’heureuse propriétaire d’un magasin de sous-vêtements grande taille. Petite déjà, je parcourais les différents modèles sur les cintres-silhouettes et rêvais de porter cette parure Lise Charmel, ce push-up Lejaby, cette beauté en dentelles siglée Simone Pérèle. Si bien que, plus grande, grâce à la générosité de ma grand-mère, puis de ma marraine qui prit sa suite, je me constituai une collection de somptueux soutien-gorges. « Victime de l’oppresseur ! « , me railleront certains. « Non. Simple amatrice », leur réponds-je.

Simone Pérèle
Dieu, que les soutifs étaient jolis…

Lire la suite « Jamais sans mon soutif : pourquoi la tendance #Nobra ne passera pas par mes nibards »

Fitbit
Culture & lifestyle

Comment mon bracelet connecté Fitbit régente désormais ma vie

Dois-je manger moins ? Manger plus ? Dormir moins ? Dormir plus ? Bouger moins ? Bouger plus ? Tant de question auxquelles, hélas, je ne puis répondre moi-même et dont j’ai chargé Fitbit, le bracelet connecté des sportifs.

 

Ne vous méprenez pas. Le sport et moi, ça fait quarante-huit. Toutefois, je porte ce smartband bien connu des joggeurs depuis maintenant un peu plus d’un an. La raison de cette adoption est le fruit d’une longue maturation. En l’an de grâce 2017, j’acquis une imitation – et non une contrefaçon, j’insiste bien – chinoise d’un bracelet Fitbit. Sobrement nommé « Veryfit« , l’objet tenait fort bien ses promesses. Tracker de sommeil et de pas, je n’en demandais pas davantage. Or, si cette honnête copie pouvait très bien convenir à un coureur souhaitant simplement chiffrer les distances parcourues, elle n’était que faiblement satisfaisante pour la yogi du dimanche que je suis.

Veryfit Fitbit
Photo souvenir

Lire la suite « Comment mon bracelet connecté Fitbit régente désormais ma vie »

Grain de milium
Beauté, Culture & lifestyle

Comment je suis devenue chirurgienne esthétique en retirant un grain de milium sous mon œil droit (expérience à ne reproduire sous aucun prétexte)

Il était là depuis environ un mois. Et puis, un soir d’ennui, j’ai décidé de lui régler son compte. Mon grain de milium a disparu. Néanmoins, je me suis rapidement rendue compte de ma bêtise, que j’estime en tout point semblable à celle du joggeur parti courir en pantalon de cuir.

 

Ce matin-là, encore embrumée des songes de la nuit, je me suis traînée cahin-caha jusqu’au miroir de la salle de bains. Je m’adonne à ce rituel tous les matins. Avant d’avaler quoi que ce soit, j’examine mon faciès froissé par les draps dans le miroir. Sûrement pour évaluer l’étendue des dégâts avant le ravalement de façade de rigueur. Bref, passons. Ce matin-là donc, je découvrais avec horreur une aspérité disgracieuse sous mon œil droit. Petite boule de suif jaunâtre installée sur mon cerne, dure et solidement accrochée à son rocher.

bouton GIF

Je la pris en premier lieu pour un bouton. Troublée par cette vision, j’entrepris donc de me laver les mains, pour mieux m’en aller percer la bête à grand renfort d’ongles manucurés – oui, tout ce récit s’annonce fort dégueulasse. Force m’a été de constater que la chose demeurait indélogeable, telle une tique gorgée de sang sur le testicule de mon chien. « Bon ben, je m’en irais bosser avec ce trouble-fête sous la rétine, jusqu’à ce qu’il soit bien mûr et juteux ce soir », me dis-je avant d’avaler mon ginger shot et mon pudding de chia coco (je suis blogueuse, je me dois de manger des trucs healthy chelous).

Gwyneth Paltrow
Fais pas genre Gwyneth, on sait que t’as des boutons même si tu manges de la baie de goji à tous les repas

Lire la suite « Comment je suis devenue chirurgienne esthétique en retirant un grain de milium sous mon œil droit (expérience à ne reproduire sous aucun prétexte) »

Metz
Culture & lifestyle

Quelques bonnes raisons d’apprécier la belle ville de Metz

C’est avec surprise que j’ai découvert les réactions au premier volet de ce diptyque sur Metz. En effet, les Messins ont, en grande majorité, soutenu mon discours. Or, je les pensais plus chauvins. Néanmoins, je suis certaine que cette liste de compliments dithyrambiques sur notre belle ville leur ira tout de même droit au cœur.

 

1. C’est un bar messin qui a créé le Spritz mirabelle. T’en bois un, tu chantes. T’en bois deux, tu danses le zouk frénétiquement en vociférant des insultes sur la place d’Armes. Toutefois, le cocktail demeure des plus savoureux.

2. Bien qu’elle ne soit pas aussi grande que Paris ou Marseille, Metz n’a pas à rougir de l’immense variété de ses restaurants. Mets d’exception chez La Ville de Lyon, vietnamien chez Banh Bao, japonais chez Osaka, indien chez La Vallée du Kashmir… Le choix  est vaste et les repas somptueux.

Restaurant GIF

Lire la suite « Quelques bonnes raisons d’apprécier la belle ville de Metz »