raconter une histoire
Culture & lifestyle

Et si je vous racontais une histoire ?

De la pure fiction. Un roman, une fable, une nouvelle. Embarqueriez-vous à bord de mon récit pour suivre mille et une péripéties fantasques et insolites ? Je suppose que oui. Sinon, vous n’auriez pas cliqué sur ce lien. Alors, d’accord. Reste à choisir le genre de notre fabuleux épître. Amour, aventure, fantastique ? 

Roman d'amour. Quand Harry rencontre Sally.

Ce pourrait être une histoire d’amour. Lui, un mauvais garçon aux yeux clairs. Beau, aux vocations professionnelles floues, mais étrangement jamais à court d’argent. Une cicatrice sur la joue ne troublerait en rien la flagrante beauté de son visage et décuplerait son pouvoir d’attraction. Elle, brillante reporter de terrain. Mignonne, bien qu’un brin banale, tiraillée entre sa carrière encore à naître et le magnétisme qu’il exerce sur elle. Des démons judiciaires pourraient le rattraper, tandis qu’elle peinerait à prouver son innocence. En vain. Choisira-t-elle de s’enfuir avec lui ? Préférera-t-elle vouer sa vie au journalisme ? Ou décidera-t-il d’accepter sa sentence pour mieux lui rendre sa liberté ? Hum. On a déjà lu cette histoire 500 fois. Changeons de registre.

Lire la suite « Et si je vous racontais une histoire ? »
Publicités
Whitney Houston
3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

Mes Unpopular opinions : quand je me trouve en désaccord avec le reste du monde

Le concept des Unpopular opinions fleurit un peu partout sur le Web. Vous vous en doutiez : la râleuse intempestive que je suis n’a pu s’empêcher de sauter sur l’occasion pour clamer haut et fort son ressenti sur certaines opinions toutes faites. Ça ne plaira certainement pas à tout le monde, mais je m’en sens déjà fort satisfaite.

Whitney Houston et George Michael

Whitney Houston, Mariah Carey et George Michael sont des dieux de la pop

S’il y a bien des discours qui m’exaspèrent, ce sont ceux-là. « Ouais, Whitney Houston, elle n’a fait qu’un seul morceau de bien. Et c’est une reprise de Chaka Khan » ; « George Michael ?! Le type qui sautillait en short blanc avec un brushing douteux ? » ; « Oh, la, la ! T’as vu la robe de la Mariah ? Je ne porterais pas ça si j’étais aussi grosse qu’elle. » J’enrage derrière mon écran. Parce que ces réflexions prouvent un manque de culture flagrant qui s’auto-satisfait de sa bêtise crasse. Je reconnais à Whitney n’avoir effectivement été que l’ambassadrice d’une pop sucrée commerciale au possible… Mais pas sans intérêt artistique. Avez-vous déjà essayé de tenir le « And IIIIIIiiiiiiii » d’I will always love you d’un bout à l’autre en préservant la justesse de la note ? Oui, c’est une prouesse. Que vous appréciez ou non, c’en est une et la dame mérite sincèrement qu’on s’incline.

George Michael et Mariah Carey
Lire la suite « Mes Unpopular opinions : quand je me trouve en désaccord avec le reste du monde »
Culture & lifestyle

On va voir quoi au ciné ? Le Grand bain, Les Animaux fantastiques ou Bohemian Rhapsody ?

Cette saison automnale se révèle des plus prolifiques quant à la production cinématographique. Dans un esprit de partage et de franche camaraderie, j’ai traîné mes guêtres dans les salles obscures pour vous aider à choisir parmi les trois grands hits du moment…

Le Grand Bain film

Génération désenchantée : Le Grand bain (Gilles Lellouche)

On nous avait vendu Le Grand bain plus volontiers comme une comédie, et non comme une réflexion sur les espoirs déchus des quarante-cinquantenaires de notre siècle. Autant dire que le spectateur hébété se prend une sacrée claque, car le métrage joue en effet admirablement sur les deux tableaux. La bande à Lellouche se révèle d’une sincérité troublante et bouleversante. Chacun, à sa manière, témoigne de la morosité de ce triste début de siècle, où l’euphorie des décennies passées a laissé place à la crise économique, au burn-out et au trop-plein numérique.

Lire la suite « On va voir quoi au ciné ? Le Grand bain, Les Animaux fantastiques ou Bohemian Rhapsody ? »

Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix
Culture & lifestyle

Faut-il regarder Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix ? Analyse d’une fan de la première heure

Il y a maintenant plusieurs mois, je vous témoignais mon inquiétude quant aux prochains reboots de Sabrina et Buffy. Depuis, l’apprentie sorcière de mon cœur a fait son grand come-back sur Netflix. La fan hardcore de la première sitcom a-t-elle été séduite ? Réponse.

 

Avant de de détailler plus explicitement mon avis sur ladite série, il faut que vous compreniez à quel point je suis fan de Sabrina. Je l’aime tellement que mon chien a pour nom de famille « Saberhagen ». Je l’aime tellement qu’adolescente, je me maquillais comme elle. Je l’aime tellement que j’ai pointé désespérément mon doigt pendant des années en espérant que des paillettes en sorte. Je l’aime tellement que lorsque la nouvelle série est apparue sur nos écrans, nombre de personnes de mon entourage m’ont envoyé des messages pour savoir : « Alors, alors, ALLLOOORRRS ?! » Alors, oui. C’est bon. La fangirl #1 en France vous autorise à vous ruer sur cette production Netflix.

Les Nouvelles aventures de Sabrina

Dark

Le mot est lâché : cette nouvelle version de Sabrina se veut résolument plus « dark » que la sitcom de notre enfance. Une déception pour certains, un renouveau jouissif pour d’autres. Néanmoins, ce changement radical d’ambiance n’est pas pure folie créative des seules écuries Netflix : avant de connaître un reboot à la télévision, Sabrina a d’abord subi un sérieux lifting en comics. En effet, l’apprentie sorcière fait partie des classiques des éditions Archie comics, également à l’origine de Riverdale. Or, l’héroïne était restée plus au moins inchangée depuis les années 60. Du moins, jusqu’en 2014 : date de sortie de la nouvelle BD Chilling adventures of Sabrina. Dès lors, le public a dit adieu à la mignonne et insolente adolescente qui apprend sans cesse de ses erreurs. Et bonjour à la jeune fille assoiffée de vengeance, torturée entre rituels sataniques, orgies et cannibalisme.

Lire la suite « Faut-il regarder Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix ? Analyse d’une fan de la première heure »

Les plus belles tenues de RuPaul
Culture & lifestyle

Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race

Vous connaissez RuPaul’s Drag race ? Bien sûr que oui. Sinon je vous bannis et vous incite à rattraper votre retard incessamment sous peu si vous souhaitez récupérer votre droit d’entrée…. Je plaisante ! On pourrait définir RuPaul’s Drag race comme le America’s got talent des drags queens. Chaque semaine, les participantes relèvent des défis et, à la fin de la saison, un jury élit la reine du bal. Jury présidé par RuPaul, superstar américaine du drag. Dont les tenues ne cessent d’époustoufler un peu plus à chaque saison… Florilège subjectif sans autres critères que personnels.

 

Le coup de jus

RuPaul robe rouge saison 1
Saison 1

Je place cette tenue ici par sentiment d’injustice. On s’en est trop souvent moqué. Personnellement, j’aime beaucoup l’esprit ébouriffé façon « doigts dans la prise ». Même la perruque suit. Drôle et audacieux.

 

La cascade de fleurs

RuPaul robe de fleurs saison 2
Saison 2

J’ai failli trépasser devant mon écran face à tant de beauté… Franchement, qui n’aime pas cette robe ?

Lire la suite « Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race »

Yogi Tea
Culture & lifestyle

Mon royaume pour une tasse de thé… Une histoire d’amour avec Yogi Tea

Depuis maintenant plus de trois ans, elles sont les stars de YouTube, Instagram et autres plateformes de blog. Depuis maintenant plus de trois ans, je me suis engagée à goûter chacune des infusions ayurvédiques signées Yogi Tea. De toutes ces tasses, je retiens des merveilles aux parfums délicats.

 

« Ayurvé-quoi ? » Telle fut ma réaction la première fois qu’une pharmacienne me recommanda chaleureusement la fameuse marque de thé. À cette époque, j’étais triste, abattue tel mon chien en mal de couverture moelleuse pour l’hiver. En effet, alors que je sentais que mon compagnon d’alors s’éloignait peu à peu de moi, l’une de mes plus chères amies sombrait dans un mal si profond que je dus renoncer à son soutien pour son propre bien-être. Et c’est ainsi que je me retrouvais à arpenter les rayons de la célèbre Grande pharmacie lyonnaise, rue de la République. J’expliquais donc être au seuil de la dépression, qu’il me fallait un remontant. N’importe quel cacheton sans ordonnance ferait l’affaire, sinon j’allais tenter le suicide à l’encre de Chine commandée sur Aliexpress façon Bovary hard discount.

Encre de Chine
À la tienne !

Lire la suite « Mon royaume pour une tasse de thé… Une histoire d’amour avec Yogi Tea »

Films d'horreur méconnus
Culture & lifestyle

4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante

Pour ceux qui l’ignorent, le slasher se définit comme un sous-genre de l’horreur, dont les films content tous l’histoire d’un groupe de personnes massacrées une à une par un tueur psychopathe. Si vous êtes comme moi et que vous en avez déjà mangé des kilomètres de pellicule, je vous propose une sélection de quatre films moins mémorables qu’Halloween, mais tout aussi délectables. Peut-être y trouverez-vous une pépite oubliée.

 

Urban Legend

Urban Legend (Jamie Blanks – 1998)

Certainement le plus connu de cette sélection de méconnus, Urban Legend fait partie de cette avalanche de slashers que nous avons pu observer à la fin des années 90 après le succès de Scream. Avalanche que certains appelleront « second âge d’or du slasher », le premier âge d’or étant survenu dans les années 70, subséquemment à la déferlante Halloween. Perso, en fait de second âge d’or, je parlerais plutôt de « foire-aux-ados-en-chaleur-surfant-sur-la-vague-Scream ». Et Urban Legend en demeure un fier représentant. Car oui, s’il n’a pas marqué les esprits, c’est bien parce que ce film n’est pas un chef-d’oeuvre. Toutefois, je crois que parmi les pires pustules cinématographiques de son époque, il compte parmi les plus agréables à regarder.

Par nostalgie d’abord, puisqu’il cumule tous les poncifs tendance des nineties. Pour son idée de départ ensuite, parce qu’elle n’est pas si mauvaise en soi. Peut-être légèrement pompée sur Candyman, mais dans une moindre mesure qu’il ne se nourrit telle une sangsue à la jugulaire de Scream. Revenons-en au pitch initial. Les étudiants et héros de ce film sont tous assassinés selon les légendes urbaines narrées par l’un de leur professeur. J’aime beaucoup ce synopsis. Dommage que le film l’ait oublié en cours de route. Les légendes urbaines deviennent rapidement anecdotiques et s’effacent derrière la quête du tueur. Urban Legend reste toutefois un agréable divertissement, idéal pour se marrer entre potes un soir d’ennui.

 

Lire la suite « 4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante »