tendances beauté qui m'insupportent
Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

Ces trois tendances beauté qui m’insupportent

Bien sûr, tout le monde a le droit de suivre la mode. Chacun fait ce qui lui plaît. Néanmoins, certains voudraient nous faire croire que les tendances sont impératives, qu’il est nécessaire de les suivre pour ne pas paraître négligé, has-been ou que sais-je encore. Tout ceci relève du vaste mensonge. La preuve par trois.

 

maquillage sourcils

Se maquiller les sourcils

Voilà bientôt deux ans que les magazines féminins nous rabâchent qu’il est absolument nécessaire de se maquiller les sourcils. Comme ici, où Gala laisse entendre que pour avoir un beau sourcil, il ne faut pas négliger le crayon. Lors de ma dernière épilation au Brow bar de Benefit, l’esthéticienne m’a carrément engueulée parce que je ne me maquillais pas les sourcils, arguant le fait qu’il s’agit « du minimum syndical en terme de maquillage. » Primo, de quoi je me mêle ? Et secundo, il n’existe aucun « minimum syndical » en beauté. Chacun est libre de se maquiller comme il l’entend, voire même de ne pas se maquiller du tout. Personnellement, le maquillage constitue mon petit quart d’heure de plaisir du matin. Mais je peux tout à fait concevoir que certaines n’éprouvent aucun enthousiasme à se maquiller et préfèrent laisser ça aux autres.

Maquillage sourcils
Moi, les sourcils maquillés. J’exagère à peine.

D’autre part, comme de nombreuses filles, j’ai les sourcils longs, épais et bien noirs. Sur une peau très pâle. Alors ajouter du maquillage là-dessus me donne un faux air soit de Frida Kahlo, soit de méchante sorcière Disney. C’est trop, pas du tout naturel et ça ne me va absolument pas. Je me sers éventuellement d’un peu de gel transparent quand mes sourcils se montrent hirsutes, mais rien de plus. Je ne suis pas seule dans ce cas de figure, loin de là ! Le maquillage pour sourcils doit répondre à un besoin et, comme tout maquillage, à une envie. Ma mère, par exemple, perd ses sourcils avec l’âge. Dans ce contexte, Benefit est devenu son meilleur ami. De même pour les personnes aux sourcils trop clairs, peu fournis, qui n’en aiment pas la forme ou qui ont simplement envie qu’ils soient parfaitement dessinés. Chacun voit midi à sa porte. En aucun cas le coup de crayon doit relever de l’obligation.

Lire la suite « Ces trois tendances beauté qui m’insupportent »

Publicités
Journaliste chômage
3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle

Mes rêves fous de jeune journaliste au chômage

Je viens d’obtenir mon Master de journalisme après cinq ans d’études. Et depuis la fin de mon premier CDD en août, je pointe au chômage. Comme tout le monde, je galère un peu, d’entretiens d’embauche ratés en candidatures spontanées sans réponse. Pas plus bête qu’un autre, je me dis que je finirai bien par trouver. Il n’empêche que parfois, dans ma quête désespérée d’un emploi, je me surprends à rêver l’improbable.

 

Journaliste chômage
Moi, répondant le plus naturellement du monde aux Inrocks

Le coup de fil inespéré du magazine de mes rêves

Je suis réaliste et j’ai la tête sur les épaules. Comme je n’ai encore que trois ans d’expérience dans les médias, je vise petit et je pose beaucoup de candidatures spontanées auprès de magazines, de journaux et de radios un peu méconnus. Néanmoins, qui ne tente rien n’a rien, alors j’alpague aussi de plus grands noms. Et je ne vous dis pas l’excitation que me procure l’envoi d’un CV chez PremièreMadMoviesMadmoiZelle ou Grazia. Même si la raison me rattrape toujours, il m’arrive d’imaginer que mon téléphone sonne, coup de fil d’un numéro inconnu. Là, je décroche et… « Oui, bonjour mademoiselle, c’est Philippe Manœuvre, le mythique rédacteur en chef de Rock’& Folk. J’ai bien reçu votre candidature spontanée et j’aimerais vous offrir un CDI sur un plateau d’argent bardé de homards et de langoustines. Vous pourrez interviewer Bruce Springsteen tous les mois jusqu’à votre retraite. » Puis, j’accepte, tombe dans les pommes et me réveille dans ma propre urine.

Journaliste Chômage
Le visage glorieux du mensonge

En réalité, il n’y a bien que Carrie Bradshaw pour se réveiller un beau matin et recevoir un message de Vogue la suppliant de devenir rédactrice à temps plein. Et ce, alors que la fille n’a fait qu’écrire une rubrique sexo dans un journal inconnu pendant près de dix ans. Le problème, c’est que Carrie Bradshaw n’existe pas. HBO nous a menti de 1998 à 2004. En même temps, comment peut-on croire que cette jeune femme parvient à s’offrir des escarpins Jimmy Choo et dîner tous les soirs à l’extérieur avec un salaire de pigiste ? Tout est de la faute de Carrie. N’empêche, je ne lui en veux pas vraiment. Parce que sans un peu de paillettes et de rêveries, on perdrait tous vite espoir. Les fantasmes nous motivent et nous galvanisent, même si nous avons conscience qu’ils restent des fantasmes. Alors bon, je continue à candidater chez Rockyrama pour entretenir le feu qui m’habite. Même si je ne néglige pas les annonces « Rédacteur/trice web » sur Indeed.

Lire la suite « Mes rêves fous de jeune journaliste au chômage »

Netflix
Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

4 séries disponibles sur Netflix à binge watcher d’urgence

Je suis au chômage. Du coup, j’ai un peu de temps pour me perdre dans les méandres de Netflix. Et j’ai récemment eu quelques coups de cœur insoupçonnés pour des séries qui, d’ordinaire, m’auraient laissée de marbre. Vous voulez savoir lesquelles ?

 

glow

Glow

Dans le cas de Glow, j’aurais pu être la spectatrice idéale. J’aimais l’idée d’une équipe de catch féminin, composées de filles de toutes formes, de tous âges et de toutes origines. De plus, j’avais apprécié le divertissement desservi par Les Reines du ring, film français du même acabit. Pourtant, j’ai déchanté au premier épisode de Glow. J’ai trouvé l’action un peu désuète et la personnage principale pas charismatique pour deux ronds. Puis, je me suis laissée embarquer.

glow
Oui bon, te la pète pas non plus !

Plus l’intrigue avance, plus les thématiques sur la différence et les tabous encore tenaces dans les années 80 se développent. Pour ne rien gâcher, à l’exception de la très fade héroïne, les autres personnages sont tous hilarants. Je reprocherais cependant à la série de ne pas aller plus loin dans son propos ouvertement féministe. Ok, on parle de règles et on voit une femme faire un test de grossesse en détails… Mais il manque encore un peu de folie, on sent une légère retenue. Qui sera abolie, je l’espère, dès la saison 2.

 

Lire la suite « 4 séries disponibles sur Netflix à binge watcher d’urgence »

Masque visage Skin Food
Culture & lifestyle, Produits Visage, Soins / Bien-être ❤

J’ai testé… Le masque visage Skin Food à la fraise et au sucre noir

Récemment, j’ai passé une commande sur le site américain iHerb. Principalement pour ma réserve personnelle de mélatonine, une molécule naturelle qui aide à l’endormissement. Or, iHerb propose également des cosmétiques à des prix défiant toute concurrence. L’occasion pour moi de tester un masque visage de la marque coréenne Skin Food.

 

Au printemps, la marque Skin Food a débarqué en France chez Sephora. La gamme française reste encore assez réduite et ce fameux masque à la fraise n’est pas encore disponible dans notre pays. Toutefois, il est accessible en livraison via iHerb ou Amazon et m’a permis de me donner une idée de la qualité des produits de la marque. Skin Food repose sur une idée bien précise : puiser dans la richesse des aliments pour nourrir la peau. Le masque à la fraise et au sucre noir promet une sensation peau neuve grâce aux vertus nourrissantes de la fraise, du beurre de karité, de la lanonine, de l’huile de macadamia et de l’huile d’écume de pré.

Masque visage Skin food

Le packaging en plastique n’a rien de remarquable. Il s’agit d’un simple pot, dont l’étiquette rappelle vaguement un emballage de confiture. Qu’importe, ceci n’a que très peu d’importance dans le cadre d’un soin. On aimerait peut-être une spatule pour prélever le produit… Le pot ouvert, on découvre une odeur de fraise quelque peu chimique, mais tout de même alléchante. Quelque chose entre le désodorisant d’intérieur et la fraise Tagada. La texture demeure cependant surprenante. Le masque se présente sous la forme d’un gel couleur fraise écrasée. Au toucher, il s’apparente plus à une pâte translucide. Cependant, sa texture ne se révèle pas très ferme, mais plutôt légèrement liquide.

Lire la suite « J’ai testé… Le masque visage Skin Food à la fraise et au sucre noir »

coup de blues automne
3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle

Mes trois remèdes aux petits coups de blues de l’automne

Personnellement, quand la température redescend et que les journées raccourcissent, mon moral est en dent de scie. Je ne suis pas seule dans ce cas. Peu importe ce qu’on traverse, les choses sont toujours plus agréables à vivre au soleil. Néanmoins, l’automne venu, on ne va pas se laisser faire. En espérant que ces trois petits conseils te feront du bien.

 

starbucks

Partir boire un Starbucks

Ou un thé dans ta pâtisserie préférée, un milk-shake chez Steak’n’shake, un litre de gasoil chez Total… Tant que ça te fait plaisir et que ça te pousse à sortir de chez toi. Non pas qu’un week-end à glander devant Netflix ne soit pas fort sympathique de temps en temps. Le souci, c’est que lorsqu’il commence à faire froid, on a moins envie de sortir et on reste à l’abri.

Netflix

Et c’est comme ça qu’on chope le coup de blues de l’automne. Au bout d’un moment, on s’ennuie, on stagne. Sortir juste pour se faire un petit plaisir, pas pour le boulot, pas forcément pour suivre ses potes, c’est bien meilleur pour le moral que de rester chez soi à creuser les coussins du canapé. Puis, ils viennent de ressortir le Pumpkin spice latte chez Starbucks. Alors, vous savez où me trouver.

 

Lire la suite « Mes trois remèdes aux petits coups de blues de l’automne »

3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle

Typologie des mecs relous qui t’abordent dans la rue

Le harcèlement de rue est une vieille bataille du féminisme. On fait de plus en plus de progrès, malheureusement, les mecs relous demeurent légion. Et il n’y a pas que les dragueurs, les types simplement chiants pèsent aussi dans la balance. Ces derniers peuvent aborder aussi bien une femme qu’un homme d’ailleurs. Petite plongée chez les relous toute catégorie confondue.

 

Harcèlement de rue

Celui qui insiste

Fin stratège, il t’aborde mine de rien pour te demander un service. T’as pas du feu, est-ce que ce métro s’arrête bien à Charpennes, où se trouve la gare de Perrache… Polie, tu réponds. Mais il embraye sur un discours de drague bien rôdé. Tu lui expliques gentiment que tu n’as pas envie de discuter. Il fait mine d’avoir compris et approuve. Sauf qu’il… NE TE LAISSE PAS TRANQUILLE. Il a développé toute une stratégie pour rebondir en cas de refus. Et là, tous les prétextes sont bons pour réengager la conversation : « Tu t’arrêtes à quel arrêt sinon ? » ; « Tu fais du sport ? » ; « Tu écoutes quoi là ? » Mais fous-moi la paix bordel de merde !

Harcèlement de rue

Lire la suite « Typologie des mecs relous qui t’abordent dans la rue »

3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

Mes années lycée en une série, un film et un album

C’est la rentrée. Ma plus jeune cousine vient de passer les portes du lycée, me filant un petit coup de vieux au passage. L’occasion de ressasser les souvenirs d’une époque révolue. D’une adolescence passée, dont on ne se remet jamais vraiment…

 

How I met your mother

How I met your mother

Je suis restée fidèle à HIMYM jusqu’au bout. Devenue culte dès les premiers épisodes, la série s’est par la suite perdue dans les méandres de la surenchère, devenant une parodie d’elle-même. Pourtant, je l’aime d’un bout à l’autre. Parce qu’elle incarne toute une époque à mes yeux et qu’à l’instar d’un producteur devant sa poule aux oeufs d’or, je ne voulais pas voir la magie s’éteindre.

How I met your mother

Lire la suite « Mes années lycée en une série, un film et un album »