top 30 choses que je n'aime pas
3615 CODE MY LIFE

Top 30 des trucs que je n’aime pas et dont vous vous foutez royalement

Après tout, c’est mon blog et que je fais c’que j’veux. De toute façon, y’a toujours un crétin pour cliquer sur ce genre de lien. Qu’est-ce que j’y peux ?

 

amour
1. Les histoires d’amour qui finissent mal en général. Parce que c’est trop triste.

2. Les personnes qui n’aiment pas mon chien. Et je suis très sérieuse.

3. Les aquariophiles. Selon la définition de Desproges. Soit les buveurs de vin ou de café coupé à l’eau.

4. Justin Timberlake. Parce qu’il a quitté Britney et que je n’aime pas les histoires d’amour qui finissent mal.

5. Ça vaut aussi pour Johnny Depp.

johnny-depp
Tu peux pleurer, j’m’en fous

Lire la suite « Top 30 des trucs que je n’aime pas et dont vous vous foutez royalement »

Publicités
pourquoi j'ai arrêté de me faire les ongles
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Pourquoi j’ai arrêté de me faire les ongles

Enfin, pas vraiment. J’avoue céder à une petite manucure semi-permanente de temps à autre. Puis, je continue à me vernir les ongles des pieds tout l’été. Toutefois, je ne pratique plus la manucure intensive pour parer mes ongles d’une jolie couleur tous les jours. Je vous explique pourquoi…

 

Parce que le vernis c’est cra-cra

Je vous ai déjà parlé de ce numéro de l’émission On n’est plus des pigeons, disparue depuis des écrans télé. Si elle est ancienne, elle n’en reste pas moins d’actualité. Le vernis à ongles contient bon nombre d’ingrédients chimiques pas vraiment sympathiques. Notamment le Dibutyl Phthalate, un plastifiant utilisé pour améliorer la tenue et la texture du produit, et dont il a été scientifiquement prouvé qu’il s’agit d’un perturbateur endocrinien. Citons aussi le Toluène, un solvant toxique, et le Formaldéhyde, durcisseur cancérogène. En contact avec les ongles, vous convenez que ce n’est pas l’idéal. C’est même pire lorsqu’on porte ses doigts à sa bouche.

Lire la suite « Pourquoi j’ai arrêté de me faire les ongles »

Faites entrer l'accusé faits divers
3615 CODE MY LIFE

Faites entrer l’accusé et autres vilains plaisirs inavouables

Je ne sais pas pourquoi, ce doit être mon penchant curieux et voyeuriste, mais en plus des films d’horreur, je nourris une autre passion bien glauque : les faits divers. Je suis capable de binge-watcher des saisons entières de Faites entrer l’accusé. Est-ce malsain ? Oui. Est-ce que j’y reviens régulièrement ? Et comment !

À certaines périodes, je m’ennuie ferme et je développe l’envie irrépressible de titiller les aspects les plus horribles de l’humanité. Or, si dans des temps reculés, il me fallait attendre les heures tardives de diffusion de Non élucidé, désormais internet met à ma portée tout un vivier de « documentaires », très loin de flatter mon ego et mon intelligence, mais satisfaisant ma curiosité malsaine outre mesure.

Faites entrer l'accusé faits divers

Les tops douteux de YouTube

Ha, la splendeur du putaclic. Plus le titre me paraît scabreux et infâme, plus je m’y jette comme un drogué au chlore dans une piscine (si, ça existe). Lorsque je révisais mes partiels au début de mes études, ma récompense après plusieurs heures de labeur consistaient à rechercher les pépites les plus malaisantes de YouTube. « Tueurs en série », « pires pédophiles », « meurtres inexpliqués » : je n’en suis pas fière, mais tous les mots-clés y sont passés. Souvent des programmes de la télévision américaine, doublés en français par des voix monocordes et avec une mise scène putassière assumée. Citons notamment ce fameux Top 15 des adolescents tueurs. Toutefois, ce plaisir coupable m’a permis de découvrir Poisson Fécond qui, je trouve, aborde le fait divers avec un angle de réflexion intéressant et un recul nécessaire. Ou de manière plus légère, avec des histoires plus étonnantes que sanglantes. Une thématique que je ne rejette pas non plus.

Lire la suite « Faites entrer l’accusé et autres vilains plaisirs inavouables »

aliments que tout le monde aime que je ne peux pas avaler
3615 CODE MY LIFE

Quatre aliments que tout le monde aime mais que je ne peux pas avaler

Tous les goûts sont dans la nature. Cependant, tout le monde ne se montre pas hyper-hyper tolérant lorsqu’il est question de bons petits plats. Dans mon cas, on me regarde toujours comme une extraterrestre lorsque j’avoue mon aversion pour…

 

chantilly

La chantilly

Qu’il m’arrive de prononcer « chantille » à cause de ma région d’origine. Double raison de me railler. Pour faire simple : j’aime le lait, j’aime la crème, mais très bizarrement, montez-les en mousse avec du sucre et je sens la nausée m’envahir. Je crois que le réel problème vient du fait que je suis plus bec salé que bec sucré. Et la chantilly me donne l’impression d’ingurgiter une grande rasade de sucre pur. Sincèrement, je vis très bien sans. La chantilly ne vient jamais gâcher le véritable goût de ma gaufre à la confiture. Vous devriez essayer.

Lire la suite « Quatre aliments que tout le monde aime mais que je ne peux pas avaler »

tendances beauté qui m'insupportent
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Ces trois tendances beauté qui m’insupportent

Bien sûr, tout le monde a le droit de suivre la mode. Chacun fait ce qui lui plaît. Néanmoins, certains voudraient nous faire croire que les tendances sont impératives, qu’il est nécessaire de les suivre pour ne pas paraître négligé, has-been ou que sais-je encore. Tout ceci relève du vaste mensonge. La preuve par trois.

 

maquillage sourcils

Se maquiller les sourcils

Voilà bientôt deux ans que les magazines féminins nous rabâchent qu’il est absolument nécessaire de se maquiller les sourcils. Comme ici, où Gala laisse entendre que pour avoir un beau sourcil, il ne faut pas négliger le crayon. Lors de ma dernière épilation au Brow bar de Benefit, l’esthéticienne m’a carrément engueulée parce que je ne me maquillais pas les sourcils, arguant le fait qu’il s’agit « du minimum syndical en terme de maquillage. » Primo, de quoi je me mêle ? Et secundo, il n’existe aucun « minimum syndical » en beauté. Chacun est libre de se maquiller comme il l’entend, voire même de ne pas se maquiller du tout. Personnellement, le maquillage constitue mon petit quart d’heure de plaisir du matin. Mais je peux tout à fait concevoir que certaines n’éprouvent aucun enthousiasme à se maquiller et préfèrent laisser ça aux autres.

Maquillage sourcils
Moi, les sourcils maquillés. J’exagère à peine.

D’autre part, comme de nombreuses filles, j’ai les sourcils longs, épais et bien noirs. Sur une peau très pâle. Alors ajouter du maquillage là-dessus me donne un faux air soit de Frida Kahlo, soit de méchante sorcière Disney. C’est trop, pas du tout naturel et ça ne me va absolument pas. Je me sers éventuellement d’un peu de gel transparent quand mes sourcils se montrent hirsutes, mais rien de plus. Je ne suis pas seule dans ce cas de figure, loin de là ! Le maquillage pour sourcils doit répondre à un besoin et, comme tout maquillage, à une envie. Ma mère, par exemple, perd ses sourcils avec l’âge. Dans ce contexte, Benefit est devenu son meilleur ami. De même pour les personnes aux sourcils trop clairs, peu fournis, qui n’en aiment pas la forme ou qui ont simplement envie qu’ils soient parfaitement dessinés. Chacun voit midi à sa porte. En aucun cas le coup de crayon doit relever de l’obligation.

Lire la suite « Ces trois tendances beauté qui m’insupportent »

Journaliste chômage
3615 CODE MY LIFE

Mes rêves fous de jeune journaliste au chômage

Je viens d’obtenir mon Master de journalisme après cinq ans d’études. Et depuis la fin de mon premier CDD en août, je pointe au chômage. Comme tout le monde, je galère un peu, d’entretiens d’embauche ratés en candidatures spontanées sans réponse. Pas plus bête qu’un autre, je me dis que je finirai bien par trouver. Il n’empêche que parfois, dans ma quête désespérée d’un emploi, je me surprends à rêver l’improbable.

 

Journaliste chômage
Moi, répondant le plus naturellement du monde aux Inrocks

Le coup de fil inespéré du magazine de mes rêves

Je suis réaliste et j’ai la tête sur les épaules. Comme je n’ai encore que trois ans d’expérience dans les médias, je vise petit et je pose beaucoup de candidatures spontanées auprès de magazines, de journaux et de radios un peu méconnus. Néanmoins, qui ne tente rien n’a rien, alors j’alpague aussi de plus grands noms. Et je ne vous dis pas l’excitation que me procure l’envoi d’un CV chez PremièreMadMoviesMadmoiZelle ou Grazia. Même si la raison me rattrape toujours, il m’arrive d’imaginer que mon téléphone sonne, coup de fil d’un numéro inconnu. Là, je décroche et… « Oui, bonjour mademoiselle, c’est Philippe Manœuvre, le mythique rédacteur en chef de Rock’& Folk. J’ai bien reçu votre candidature spontanée et j’aimerais vous offrir un CDI sur un plateau d’argent bardé de homards et de langoustines. Vous pourrez interviewer Bruce Springsteen tous les mois jusqu’à votre retraite. » Puis, j’accepte, tombe dans les pommes et me réveille dans ma propre urine.

Journaliste Chômage
Le visage glorieux du mensonge

En réalité, il n’y a bien que Carrie Bradshaw pour se réveiller un beau matin et recevoir un message de Vogue la suppliant de devenir rédactrice à temps plein. Et ce, alors que la fille n’a fait qu’écrire une rubrique sexo dans un journal inconnu pendant près de dix ans. Le problème, c’est que Carrie Bradshaw n’existe pas. HBO nous a menti de 1998 à 2004. En même temps, comment peut-on croire que cette jeune femme parvient à s’offrir des escarpins Jimmy Choo et dîner tous les soirs à l’extérieur avec un salaire de pigiste ? Tout est de la faute de Carrie. N’empêche, je ne lui en veux pas vraiment. Parce que sans un peu de paillettes et de rêveries, on perdrait tous vite espoir. Les fantasmes nous motivent et nous galvanisent, même si nous avons conscience qu’ils restent des fantasmes. Alors bon, je continue à candidater chez Rockyrama pour entretenir le feu qui m’habite. Même si je ne néglige pas les annonces « Rédacteur/trice web » sur Indeed.

Lire la suite « Mes rêves fous de jeune journaliste au chômage »

3615 CODE MY LIFE, Culture & lifestyle

Mes années lycée en une série, un film et un album

C’est la rentrée. Ma plus jeune cousine vient de passer les portes du lycée, me filant un petit coup de vieux au passage. L’occasion de ressasser les souvenirs d’une époque révolue. D’une adolescence passée, dont on ne se remet jamais vraiment…

 

How I met your mother

How I met your mother

Je suis restée fidèle à HIMYM jusqu’au bout. Devenue culte dès les premiers épisodes, la série s’est par la suite perdue dans les méandres de la surenchère, devenant une parodie d’elle-même. Pourtant, je l’aime d’un bout à l’autre. Parce qu’elle incarne toute une époque à mes yeux et qu’à l’instar d’un producteur devant sa poule aux oeufs d’or, je ne voulais pas voir la magie s’éteindre.

How I met your mother

Lire la suite « Mes années lycée en une série, un film et un album »