The Balm Too Faced allergie
Beauté

Pourquoi j’ai dû larguer The Balm au profit de Too Faced et autres déconvenues allergiques

Je l’aimais. Le blush Frat boy de la marque The Balm était mon compagnon des beaux jours. Malheureusement, ma peau l’a rejeté du jour au lendemain et je dus, à regret, mettre fin à notre relation.

 

Je l’avais acheté sur Beauteprivee, il y a maintenant plus d’un an. Aurait-il tourné ? Peut-être. Néanmoins, ni sa teinte, ni sa texture, et encore moins son odeur ne m’ont permis de détecter le moindre signe de déchéance. Quoiqu’il en soit, j’étais folle de lui. J’aimais sa teinte rosée légèrement pêche. Moins soutenue que mon blush habituel, cette couleur sied bien mieux à mon teint des beaux jours que le rose vif des longs mois d’hiver. Toutefois, le Frat boy reste un rose marqué. Idéal donc pour ma pâleur, que même le soleil ne saurait tout à fait atteindre. Il était parfait. Nous étions faits l’un pour l’autre.

Blush Frat boy The Balm

Il y a de cela quelques semaines en arrière, j’avais remarqué comme de petits boutons sous-cutanés à la base de mes joues. Je n’établis pas tout de suite le rapport de cause à effet et mis ces étranges apparitions sur le compte du manque de sommeil. Car oui, au lieu de m’octroyer les sept heures nécessaires à ma parfaite récupération, je préférais, ces derniers temps, renflouer mes insomnies dans le rattrapage de Breaking Bad. Or, nul n’est censé ignorer que les heures de repos perdues se lisent sur nos visages : cernes, teint blafard, mais aussi boutons et teint luisant dûs à une surproduction de sébum. Vous êtes prévenu. Réfléchissez bien avant de grommeler « encore un épisode ».

GIF Netflix
Il est si séduisant… Mais dites-lui non.

Le drame eut lieu un dimanche après-midi. J’étais assise à ma coiffeuse, tandis qu’à mes pieds, mon chien dormait tel un angelot en attendant notre prochaine sortie. Oui, je mens. La précédente phrase est en partie fausse. Le démon blanc surexcité ne cessait de me sauter dessus en jappant et pleurnichant, impatient d’aller se frotter aux murs pleins d’urine du centre-ville de Metz. Le repoussant d’une main et tentant de me maquiller de l’autre, je me peinturlurai grossièrement la bas-joue au Frat boy. Rien d’anormal jusqu’ici. Une fois ma besogne accomplie, je descendis quatre à quatre les escaliers pour emmener mon bichon se soulager. C’est alors que mes joues se mirent à brûler.

GIF feu
Mes joues en pleine réaction allergique.

Un feu de tous les diables. Et les démangeaisons suivirent. Juste à l’endroit où j’avais appliqué le blush de The Balm. Ô rage, ô désespoir ! Mon joli fard à joues venait de me trahir et laissait un vilain trait rouge vif sur ma pommette. Les larmes aux yeux, je démaquillai le massacre et jetai un dernier regard au responsable. « Je t’en prie, ne m’en veux pas, lui dis-je. Tu restes la perfection incarnée. Ta pigmentation, ta tenue et ta couleur resteront inégalés dans mon cœur pour encore de nombreuses années. Malheureusement, nous devons nous quitter. Bien malgré toi, tu me fais du mal. Non, n’essaye pas de me retenir… Ma décision est prise. »

GIF triste

Le lendemain, la mort dans l’âme, je me résolus à me jeter dans les bras de mon ancien amant : le Sweatheart’s perfect flush blush de Too Faced. Fidèle allié qui ne me déçoit jamais, je place en toi toute ma confiance depuis maintenant près de trois longues années. Néanmoins, j’aimais varier les plaisirs. Terrible fut ton courroux. Tant et si bien, que je regrette amèrement mon infidélité. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la première fois que ma peau joue les enfants gâtées et repousse d’un geste rageur un produit qui, pourtant, ne lui posait aucun problème quelques heures auparavant. Un produit que j’ai pu utiliser pendant des jours, mois, semaines, années… Jusqu’au rejet soudain et complet.

GIF caprice
Au passage, je soupçonne cette enfant d’être ma fille cachée.

À titre d’information, ces allergies soudaines sont malheureusement de plus en plus fréquentes. En effet, qu’on souffre ou non d’une sensibilité accrue, elles peuvent tous nous surprendre un beau matin. La plaie pour les aficionados du skincare et du make up. Raison de plus pour se jeter sur les alternatives naturelles ? Et bien, je faillis en faire les frais cette semaine, juste après ma déconvenue avec The Balm. J’avais dans l’idée un soin à l’huile de coco après mon épilation mensuelle. C’est alors que mon téléphone sonna : message de ma meilleure amie. « Huile de coco = danger. Stop. Éruption cutanée sur ma personne. Stop. Fais gaffe à tes fesses. Stop. » (Oui, je reçois des textogrammes.)

GIF alerte

Sauvée par le gong. J’ai effectivement préféré suivre le conseil de ma copine, afin d’éviter une nouvelle tragédie. D’une part, parce que l’on peut très bien être allergique à un produit naturel végétal, preuve en est : les allergies aux fruits secs, fraises, TPMP, soja et autres graines de sésame. D’autre part, parce que j’avais lu le livre Leçons de maquillage de Bobbi Brown ; et la make up artist déconseillait les huiles très riches aux peaux sensibles mixtes à grasses. Alors… Que faire ? Tout éviter ? Si vous pensez qu’une petite allergie va m’empêcher de m’en tartiner plein la tronche, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil.

faboulous GIF

Non, ma solution est simple. Je continue de me maquiller comme bon me semble, en privilégiant les produits de bonne réputation. Toutefois, j’ai décidé de surveiller mes dépenses cosmétiques. Car une allergie à 50 € chez Urban Decay est rarement remboursée par la Sécu…

Sur ce, longue vie aux antihistaminiques,

signature

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s