Retour Buffy Sabrina
Culture & lifestyle

Buffy et Sabrina sont de retour… Bonne ou mauvaise nouvelle ?

C’est officiel, la Fox espère un come-back de Buffy au cinéma ou à la télévision. Et, de son côté, Netflix prévoit un spin-off à Riverdale mettant en vedette un nouveau personnage d’Archie Comics… Sabrina l’apprentie sorcière. Alors, doit-on se réjouir ou pleurer face au retour imminent des deux héroïnes de notre enfance ? Vaste débat.

 

Buffy

Touche pas à ma Buffy

Concernant Buffy contre les vampires, je me montre perplexe. Il y a maintenant quelques années, j’avais été très enthousiasmée par le projet de remake du film Buffy tueuse de vampires, le navet à l’origine de l’excellente série. Sauf que depuis, environ dix ans se sont écoulés, et le show a fêté ses vingt ans. De quoi filer un sacré coup de vieux au scooby-gang. Notamment aux vampires, censés ne pas vieillir. Ce vague projet de remake s’est donc révélé mort-né. Toutefois, le nouvel engouement suscité par ce vingtième anniversaire célébré en grande pompe a dû donner des idées à certains.

En effet, le nouveau président de Fox Television, Gary Newman, a récemment déclaré que des « discussions avaient régulièrement lieu pour donner vie au projet ». Pas fou le mec, il a prévu les réactions outrée des fans : rien ne se fera sans Joss Whedon, le papa du Buffyverse, sobrement surnommé Dieu par la communauté des Buffy maniacs. Soyez tranquilles, votre gourou sera de la partie. « Quand Joss décidera qu’il est temps [de relancer la série], nous le ferons. Mais tant qu’il ne dira rien, il ne se passera rien. » Mille précautions pour éviter un lynchage public semblable à celui du dernier Ghostbusters.

buffy

Car oui, s’attaquer à Buffy est dangereux. La masse populaire lui préfère Charmed, dont le reboot ne suscite pour l’instant aucun mouvement d’indignation révolté. La horde de fans de la tueuse de vampires ressemble plutôt à une bande d’intellos acharnés, obsédés par l’objet de leur idolâtrie. Ce n’est pas par hasard si cette série demeure la plus étudiée, en témoigne les nombreux travaux de recherches à son sujet. N’y voyez aucun jugement, je fais partie de la horde. Nous sommes le genre de fan à écrire sur internet ce que nous pensons du « viol en règle de notre oeuvre préférée ». Un public atroce pour les producteurs : nous faisons partie de leur cible, et nous sommes monstrueusement exigeants.

Exigeants, car nous avons décortiqué, analysé minutieusement chaque scène, chaque ligne de dialogue, chaque parti pris artistique de l’oeuvre originale. Dans l’esprit de beaucoup, elle reste inégalable. Buffy est et restera une série télévisée diffusée entre 1997 et 2001. Basée sur un mauvais film de 1992, certes, mais qui n’est culte pour personne. Il existe bien une suite en comics, mais adaptée de la série. Et le support de cette adaptation permet une trahison moindre : éliminé le problème du vieillissement des acteurs, puisqu’on peut les dessiner tels qu’ils étaient à la fin des années 90.

Buffy comics
De toute beauté…

Car oui, là réside tout le problème d’une nouvelle adaptation. Buffy étant une série en prise de vue réelle, l’héroïne a un visage. Celui de Sarah Michelle Gellar, en l’occurrence. Et il va être extrêmement compliqué de nous le faire oublier.  L’actrice a répété maintes et maintes fois son refus de jouer à nouveau les tueuses. Quoique, on ne sait jamais. Mais puisqu’ils ont vieilli, nous devrons éliminer AngelSpikeHarmonyDrusilla… Casse-tête en règle. Il faudrait donc nous offrir une nouvelle histoire, avec de nouveaux personnages. Et que cette nouvelle histoire soit aussi bonne que la précédente. Loin d’être évident.

Cependant, je me dis « pourquoi pas ? ». S’il y a une nouvelle Buffy, j’y jetterais un œil. D’abord, parce que je suis fan. Ensuite, parce qu’avant de rejeter en bloc ce qui ne correspond pas à ma définition personnelle de l’oeuvre originale, je pense qu’il faut dans un premier temps m’y confronter. Peut-être que je serais agréablement surprise, comme devant Scream ou les deux dernières saisons d’X-files. Suites pas forcément plébiscités mais que, pour ma part, j’ai apprécié sans sentiment de trahison.

 

Sabrina l'apprentie sorcière

Et que fait-on de Sabrina ?

J’adore Sabrina, l’apprentie sorcière. Elle a illuminé mon enfance et je connais quasiment tous les épisodes par cœur. Pourtant, je suis moins hostile à l’idée de voir un reboot sortir bientôt sur mes dix écrans Netflix. D’une part, parce que ma Sabrina à moi ne constitue qu’une banale série pour enfants. Un matériau assez simpliste avec bon nombre d’épisodes standalones. Facile à enrichir et à développer après coup. D’autre part, parce que Sabrina, pour d’autres, c’est un dessin animé, voire une B.D. Contrairement à Buffy, elle ne souffre pas d’avoir pris naissance sur un écran.

Melissa Joan Hart
Je n’invente rien…

Ma génération aura peut-être du mal à se détacher de l’image de Melissa Joan Hart. Un grand fantasme hétérosexuel par ailleurs. Parce que la série était niaise et innocente. Or, voyez-vous, l’être humain aime pervertir ce qui est pur. Bref. Bien que nous aurons beaucoup de mal à nous en défaire, Sabrina est, à l’origine, un personnage de comics né en 1962. À travers les époques, elle a connu de nombreuses adaptations. Et si vous pensiez que la première apparition télévisée de votre teenage witch préférée remonte à 1996, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. OUI. Le premier dessin animé Sabrina date de 1970. Et il y en a eu trois différents depuis.

Dans nos contrées, on connaît mieux la série animée de 1999. Et si elle est moins populaire que son aînée en prise de vue réelle, elle a permis à notre inconscient collectif de reconnaître l’existence d’une « autre » Sabrina. Nous avons plus ou moins accepté que Sabrina n’a pas forcément le visage de Melissa Joan Hart. Dans ce contexte, je suis moins effrayée à l’idée d’une nouvelle adaptation. Car le personnage est modulable. Depuis des années, on en fait des choses différentes, sur tout type de support. Puis il faut reconnaître que la Sabrina de 1996 ne fait pas l’objet d’un culte aussi féroce que Buffy.

Permettez-moi tout de même une réticence. Pour ceux qui l’ignorent, Sabrina fait partie de l’univers d’Archie Comics, duquel est également adapté Riverdale. Une série basée sur les comics de 1941, où le fantastique n’existe – à l’origine – absolument pas. Et les producteurs ont cruellement ancré la série dans le réel. C’est un parti pris… que je trouve ennuyeux au possible. J’aurais préféré un Archie Mystères et cie en prise de vue réelle, mais ça n’engage que moi. Quoi qu’il en soit, les nouvelles aventures de Sabrina doivent découler de Riverdale. Or, j’ai très très peur qu’ils en fassent une sorcière « réelle » avec herbier et cycles lunaires… Pourquoi pas, me direz-vous. Sauf que Sabrina, dessin animé, B.D ou série, a toujours eu des pouvoirs magiques et un chat qui parle. Qu’on ne les lui enlève pas.

Car ça, je ne le pardonnerais pas…

signature

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s