Culture & lifestyle

Typologie des mecs relous qui t’abordent dans la rue

Le harcèlement de rue est une vieille bataille du féminisme. On fait de plus en plus de progrès, malheureusement, les mecs relous demeurent légion. Et il n’y a pas que les dragueurs, les types simplement chiants pèsent aussi dans la balance. Ces derniers peuvent aborder aussi bien une femme qu’un homme d’ailleurs. Petite plongée chez les relous toute catégorie confondue.

 

Harcèlement de rue

Celui qui insiste

Fin stratège, il t’aborde mine de rien pour te demander un service. T’as pas du feu, est-ce que ce métro s’arrête bien à Charpennes, où se trouve la gare de Perrache… Polie, tu réponds. Mais il embraye sur un discours de drague bien rôdé. Tu lui expliques gentiment que tu n’as pas envie de discuter. Il fait mine d’avoir compris et approuve. Sauf qu’il… NE TE LAISSE PAS TRANQUILLE. Il a développé toute une stratégie pour rebondir en cas de refus. Et là, tous les prétextes sont bons pour réengager la conversation : « Tu t’arrêtes à quel arrêt sinon ? » ; « Tu fais du sport ? » ; « Tu écoutes quoi là ? » Mais fous-moi la paix bordel de merde !

Harcèlement de rue

Récemment, j’ai eu affaire à l’un se ses spécimens dans la rue. J’en avais marre et je lui ai répondu sèchement que je n’avais pas le temps, qu’il fallait que j’aille à un rendez-vous. Monsieur s’est offusqué en vociférant : « Oui ben c’est bon ! Ça va, elle dit qu’elle veut pas parler, je suis cool, je comprends, et elle s’énerve ! Nan mais y’a pas de quoi ! » Si, y’a de quoi. J’ai dit non, et tu insistes. Le pire, c’est que ce type a l’air intelligent puisqu’il a conscience de gêner la personne et s’en prévient. S’en rendre compte n’excuse en aucun cas le fait d’insister lourdement. Je suis catégorique.

 

Harcèlement de rue

Le mec envahissant et agressif

Le pire d’entre tous. Celui-là va passer son bras derrière ton siège dans le bus ou rapprocher son visage du tien alors que tu es tranquillement en train de lire à la terrasse d’un café. Mais qui vous a dit que c’était une bonne idée les gars ?! Que ce soit dans une perspective de drague ou simplement pour demander quelque chose à quelqu’un, on n’entre pas dans une distance intime avec un(e) inconnu(e). Direct, la personne visée se sent gênée par une intrusion dans son intimité. Très mauvaise entrée en matière. Tout de suite, vous obtenez un mouvement de recul. Et c’est le moment opportun où vous décidez de sortir une phrase bateau du genre : « Franchement, je te trouve super jolie. » Relou, relou, relou, RELOU !

Harcèlement de rue

En tant que fille, je ne peux avoir qu’une réaction épidermique. Parce que je ne t’ai pas autorisé à me toucher d’une part, et que je remarque tes intentions sexuellement explicites d’entrée de jeu d’autre part. Pas du tout subtil. Et bizarrement, ce genre de gars se sent immédiatement blessé dans son amour propre lorsque, furieuse, on rassemble ses affaires pour aller s’installer plus loin. Généralement, c’est là que les insultes fusent. « Sale pute » ; « salope » ; « connasse » et celle que, bizarrement, ces relous me destinent régulièrement : « bouche de suceuse. » Certes, mais tu n’y auras pas accès, sale con. Je suis sûre que si ta mère te voyait faire, elle te mettrait une paire de gifles pleinement méritée. Tu devrais avoir honte.

 

Harcèlement de rue

Le pack de six devant lequel tu es obligée de passer

Ces mecs se promènent par six, comme les packs de bière qu’ils s’envoient tranquille, posés sur un muret ou sur les marches d’un bâtiment. Personnellement, je n’ai rien contre ce comportement. Ces types discutent en buvant un coup, il ne font absolument aucun mal. Le problème, quand on est une fille, c’est que notre expérience sociale nous alerte que ce petit groupe risque de nous interjecter si nous avons le malheur de passer devant eux. Sauf que des fois, ils sont sur notre route et on est bien obligé.

Harcèlement de rue
D’autres les appellent « Chicken Mc Nuggets », au choix…

Et là, on se fait siffler, avons droit à des commentaires sur notre tenue, nos seins, nos jambes, récoltons même parfois des insultes pour ne pas s’être retournée sur ces « compliments » si flatteurs. La question demeure : quel est votre projet ? À moins de tomber sur une nymphomane exhibitionniste, vous pensez vraiment que la fille va s’arrêter pour une méga partouze à sept sur le trottoir ? Ce qui me chagrine le plus dans ce comportement, c’est qu’il crée une mauvaise image de certains garçons dans l’esprit des filles. Tous les gars qui boivent une binouze un soir d’été en bas de leur immeuble n’agissent pas nécessairement de la sorte. Mais on les évite quand même. Fort regrettable.

 

Harcèlement de rue

Celui qui essaye de t’apitoyer

Attention, je ne parle pas ici des SDF ou des mendiants, dont l’isolement social peut parfois aboutir à des comportements maladroits. Je parle de ceux ou celles qui ont un service à demander. Que tu sois un homme ou une femme, tu les as sûrement déjà croisés. Tu attends ton bus tranquille à l’arrêt et là, il/elle sort de nulle part. Cette personne te demande avec toute la misère du monde dans les yeux : « S’il vous plaît, j’ai perdu ma carte bleue et il me manque juste un euro pour acheter à manger à mon fils. » J’ai tendance à donner parce que je ne suis pas bien méchante. Mais là où le comportement de certaines de ces personnes devient louche, c’est lorsque tu leur expliques gentiment que tu n’as pas de monnaie.

Harcèlement de rue

Exemple typique. Encore récemment, un type à l’air tout à fait ordinaire m’a abordée de la sorte et je n’avais vraiment pas un rond. Il a insisté : « Je vous en prie, vous devez comprendre, je suis vraiment dans la merde, là. » J’ai répété que j’étais désolée, mais que je n’avais pas d’argent. La litanie a continué : « Vous avez bien une petite pièce, s’il vous plaît, même 2 centimes, ça me sauverait la vie. » À force, j’ai sorti mon porte-monnaie vide et lui ai tendu. « Vous voyez, je n’ai rien sur moi. Je ne peux vraiment rien pour vous. »

Harcèlement de rue

Et là, il s’est mis à se plaindre à qui voulait l’entendre : « La dame ne veut pas m’aider, personne ne veut comprendre, je demande juste un petit service ! » Ce genre de situation n’est pas rare et je considère également ces actes comme du harcèlement. Malgré toute ma bonne foi, cet individu a continué à insister de manière oppressante et désagréable. De plus, il m’a sciemment fait passée pour une méchante fille sans cœur pour obtenir ce qu’il voulait. Et je pense que si ces personnes étaient vraiment dans une situation urgente sans aucun recours, elles ne perdraient pas de temps à insister auprès d’un seul passant et demanderait rapidement à quelqu’un d’autre. Louche je vous dis.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s