120 battements par minute
Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

120 Battements par minute : entre sida, rage de vivre et amour fou

Grand prix du jury à Cannes, 120 battements par minute de Robin Campillo a fait sensation sur la croisette. Sorti le mercredi 23 août, le film retrace le combat des militants d’Act Up, association de malades séropositifs. Un organisme qui sert de toile de fond à l’histoire d’amour de Nathan et Sean, brisée par la maladie.

 

Paris, dans les années 90. L’épidémie du Sida fait des ravages. Les traitements manquent, la recherche tourne en rond et la prévention fait cruellement défaut à l’ensemble de la société. Le scandale du sang contaminé commence tout juste à éveiller les esprits. C’est dans ce contexte que les militants d’Act up se battent au nom des communautés LGBT+ pour tenter d’endiguer l’épidémie, mais aussi pour apporter soutien et information aux malades. Et c’est dans ce même contexte que Nathan, séronégatif, s’engage auprès des bénévoles. Il va rencontrer Sean, séropositif hyper-activiste, jeté à corps perdu dans cette cause.

120 battements par minute

Ce qui frappe d’entrée de jeu , c’est qu’on oublierait presque que l’action se déroule dans les années 90 sous Mitterrand, tant l’actualité du propos demeure. Certes, en France de nos jours, on meurt beaucoup moins du Sida. Toutefois, les trithérapies en vigueur restent des traitements lourds, à la posologie contraignante, et qui ne permettent toujours pas de guérir. Certains ont la sensation de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Il en va de même pour les clichés, traités avec justesse dans le film : le Sida comme affaire de PD, la méconnaissance des modes de transmission.

Lire la suite « 120 Battements par minute : entre sida, rage de vivre et amour fou »

Publicités
cheveux courts
3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle

J’ai coupé mes cheveux courts

Récemment, mes cheveux se sont mis à onduler, mais pas de manière harmonieuse. Un côté lisse, un côté boucles sauvages et anarchiques. De plus, ils étaient secs et irrattrapables depuis des mois. Direction le coiffeur pour un geste irréparable.

 

L’avant-veille, j’étais avec mes amis Bastien et Dylan. Les deux aimaient bien ma crinière blonde improbable. Bastien validaient mes chignons improvisés et Dylan approuvaient mes expérimentations à base de bleu et de violet pastel. Le premier ne s’est pas montré trop inquiet à l’idée de ma prochaine coupe courte. Cependant, il l’envisageait comme un « passage obligé », le temps que mes cheveux reprennent du poil de la bête (ha, ha). En revanche, Dylan a été catégorique. « Mais non, dis-moi que tu ne vas pas les avoir comme Cristina Cordula ! Elle, elle est sublime, mais les cheveux longs te vont mieux, j’en suis sûr ! »

cheveux courts
Jamie Lee. L’éternel fantasme de mon père.

D’un autre côté, les filles de ma famille ont en grande majorité les cheveux courts : ma mère, ma marraine, ma grand-mère, ma cousine… Et mes parents sont extrêmement chiants. Mon père craque pour des femmes comme Jamie Lee CurtisBrigitte Nielsen et… Cristina Cordula. Alors forcément, il a épousé ma mère, grande brune aux cheveux courts. Et cette dernière n’envisagerait pour rien au monde de les laisser pousser. Résultat : quand j’étais petite, ils me faisaient couper les cheveux courts. Je n’aimais pas ça, mais je faisais semblant. À une époque, ils m’ont laissée les avoir longs avec une permanente (la mode). Mon père a fini par m’auto-persuader que je n’aimais pas ça non plus. Et me voilà devant le miroir de la coiffeuse en train de lui demander de les recoller (ne me jugez pas, j’étais petite).

Lire la suite « J’ai coupé mes cheveux courts »

rentrée
3615 CODE MYLIFE, Culture & lifestyle

#BackToSchool : Mes meilleurs souvenirs de rentrée

C’est bientôt la rentrée ! Septembre 2017 sera ma première année sans rentrée scolaire. En effet, je viens de terminer mon Master de journalisme, mes études sont donc terminées. Au terme de six ans d’études, il était temps. Néanmoins, des souvenirs nostalgiques remontent à ma mémoire.

 

rentrée

Les retrouvailles en troisième

J’ai détesté le collège, car j’y ai été victime de harcèlement scolaire. Cependant, cette situation de harcèlement avait lieu en dehors de ma classe. En effet, j’étais en Européenne Allemand LV1. Une chance, car il s’agissait d’une classe de bons élèves, où je n’ai pas eu à souffrir du grabuge des classes « classiques ». De plus, nous sommes restés ensemble, en petit comité, pendant quatre ans. Arrivés en troisième, les quelques mauvais esprits avaient déserté nos rangs. Ne restait plus que le noyau dur, les potes.

Lire la suite « #BackToSchool : Mes meilleurs souvenirs de rentrée »

Lush me répond
3615 CODE MYLIFE, Cheveux ❤, Culture & lifestyle, Soins

Foutage de gueule : Lush me répond sur Twitter

En juin dernier, j’ai publié ma review du soin capillaire R&B de Lush sur mon compte Twitter. Ce soin m’avait déçue et la marque m’a alpaguée pour m’inviter à poser mes questions en message privé. Charmante attention de prime abord, entourloupe de communiquant au final.

 

Soyons bien clairs : je ne suis pas une grande fan de Lush, ni même une furibonde de la cosmétique bio. Cependant, j’ai toujours eu horreur du discours de cette marque qui se prétend naturelle et sans reproche, alors que ses produits contiennent tout un tas d’agents chimiques. Certes, certains me plaisent et je les utilise. Toutefois, je reste une consommatrice alerte et j’achète ces produits en connaissance de cause. Ce qui me gène, ce sont les milliers de personnes bernées par la communication angélique de Lush.

Avant de m’énerver, je souhaiterais revenir sur certains points positifs, histoire qu’on ne m’accuse pas de cracher dans la soupe. D’abord, je suis ravie que la marque ait ouvert le dialogue avec moi. Je trouve cette démarche honnête et louable. Ensuite, mon souci avec Lush n’est pas récent. J’ai toujours détesté leur manière de faire. Toutefois, je reconnais l’efficacité de certains de leurs produits. J’aimerais seulement qu’ils se montrent plus honnêtes. Personnellement, je me fiche un peu des agents chimiques dans certains cas. Mais je trouve malhonnête d’en utiliser et de se prétendre irréprochable ensuite.

Lire la suite « Foutage de gueule : Lush me répond sur Twitter »

Urban Decay Naked Heat
Grandes marques & Luxe, Maquillage ❤, Yeux

Pourquoi j’ai craqué pour la palette Naked Heat d’Urban Decay

J’étais partie pour la swatcher dès sa sortie, mercredi, dans tous les bons Sephora de France. Et puis, j’ai craqué. Je suis repartie avec. Après quelques make up, c’est officiel. La Naked heat d’Urban Decay est devenue ma nouvelle palette quotidienne.

 

Urban Decay Naked Heat

Pourtant, les choses n’auraient pas dû se passer comme ça. Appelée Heat, « chaleur » en français, cette palette décline plusieurs tons orangés. Et l’orange sur mes yeux bleus et mon teint pâle ne me convient d’ordinaire pas du tout. J’ai l’air de m’être aspergée de produit après une conjonctivite ! Je réservais donc cette couleur aux peaux plus bronzées que la mienne. De plus, la Heat d’Urban Decay contient huit fards mats pour seulement quatre irisés. Or, jusqu’ici, les mats n’ont jamais vraiment marqué sur ma peau.

Je me suis donc rendue chez Sephora par acquis de conscience, histoire de swatcher la bête. Aucun risque, de toute façon, elle n’était pas faite pour moi… Et là, ce fut le drame. Je suis tombée folle amoureuse de ses couleurs. Loin de l’orange vif de mes vieilles palettes des années 90, ses fards sont subtils et présentent un orangé imprégné de marron, doré, violet et rouge du plus bel effet. Même les mats m’ont conquise en boutique. Avant que je n’ai pu comprendre quoi que ce soit, ma carte bleue était déjà dans le PDT dans la caisse centrale.

Lire la suite « Pourquoi j’ai craqué pour la palette Naked Heat d’Urban Decay »

shampoing chevaux Jennifer Aniston
Cheveux ❤, Soins

J’ai testé… Le shampoing pour chevaux de Jennifer Aniston

Non, je n’ai pas fait de faute de frappe : j’ai bien écrit shampoing pour chevAUX. Si vous êtes une beauty addict ou même, si vous lisez Closer, vous n’avez pas pu passer à côté du phénomène. Plébiscité par les stars, Jennifer Aniston en tête, le shampoing Mane n’tail, formulé au départ pour les équidés, a fini dans mon panier chez Monoprix. Encore un truc WTF sur mon étagère…

 

Avant que vous ne vous mettiez à hurler, ce shampoing a été reformulé spécialement pour les humains. Si l’on en était resté à la formule pour chevaux, j’aurais eu peur des problèmes de pH et j’aurais fui en courant. Pourtant, si la marque s’est mise en tête de commercialiser une version humaine, c’est parce que Jennifer Aniston, Kim Kardashian et consorts se sont mises à clamer haut et fort qu’elles se lavaient la tête avec le shampoing de Jolly Jumper. Décidément, Rachel n’en manque pas une… Bref, la version humaine peut aussi être utilisée sur les chevaux donc, à la limite, si le produit ne vous convient pas, vous pourrez toujours shampouiner de la licorne. Perso, j’ai envie de tenter sur mon chien. Mais ça, c’est une autre histoire.

Shampoing Mane n'tail chevaux

L’anecdote est amusante. Le shampoing Mane n’tail (comprenez crinière et queue) a été inventé par une famille rurale du New-Jersey, aux États-Unis. Spécialement créé pour redonner brillance et douceur au crin des chevaux pur-sang, le produit a un résultat si surprenant que bientôt, les fashionistas émettent l’envie de s’en tartiner la tignasse. D’où leur est venue cette idée ? On ne sait pas trop. Peut-être que Jennifer Aniston passe ses week-ends au champ de course entre deux tournages de comédies avec Owen Wilson. Le mystère reste entier. Quoiqu’il en soit, le shampoing Mane n’tail pour bipèdes a débarqué dans tous les bons Monoprix de France en janvier dernier. Encore sceptique, je n’ai sauté le pas que récemment.

Lire la suite « J’ai testé… Le shampoing pour chevaux de Jennifer Aniston »

sexe
Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

[Spécial sexe] 5 choses qu’on voudrait que les mecs arrêtent de faire au lit

C’est l’été, il fait chaud, les corps se découvrent et il nous pousse des envies. Mes copines et moi avons les hormones en ébullition. Résultat : nos plus grands sujets de discussion se résument aux mecs et au sexe. Et nous avons listé cinq choses que la gente masculine doit impérativement arrêter de faire au lit. Ouvrez grand les oreilles les gars.

 

sexe

Nous aspirer les lèvres en mode mérou

On le sait, vous voulez nous témoigner votre passion et votre irrésistible envie de nous dévorer littéralement. Sauf que nous n’avons rien en commun avec un Big Mac. Alors, POURQUOI OUVRIR SI GRAND LA BOUCHE ? Lors d’un baiser passionné, certains mecs croient bon de positionner leurs lèvres non pas sur les nôtres, mais carrément autour. Ce qui donne légèrement l’impression de se faire aspirer l’âme par un détraqueur. Alors, du calme. Allez-y doucement. Avec un peu de pratique, on arrive à montrer tout son entrain sans tartiner sa partenaire de salive.

Lire la suite « [Spécial sexe] 5 choses qu’on voudrait que les mecs arrêtent de faire au lit »