Films de Noël
Culture & lifestyle, Girls & Pop Culture

4 films de Noël à mater en combi Undiz avec un chocolat chaud

À l’approche des vacances, M6 nous envahit avec ses fameux téléfilms. Or, vous commencez à en avoir marre du « Grand-père de Noël », rediffusé pour la 1247e fois en 2016. Puis, c’est pas qu’on n’aime pas Love actually, mais malgré toutes ses qualités, ce long-métrage commence plus à sentir le renfermé que la bonne vieille tradition. Je vous propose donc quatre films plus ou moins méconnus à (re)découvrir en famille pour les fêtes.

 

Super Noël

Super Noël (John Pasquin – 1994)

Le soir du 24 décembre, un père divorcé fait accidentellement tomber le Père Noël du haut de son toit. Dans la poche du vieux barbu, il trouve une carte qui lui intime l’ordre de prendre sa place. Ainsi, papa Noël ne meurt jamais. Malgré un petit voyage au Pôle Nord et sa rencontre avec les elfes, Scott Calvin préfère nier et croire à un rêve. Et ce, jusqu’au Noël suivant, où il se verra transformé lentement en Santa Claus. Si vous n’avez jamais vu Super Noël, j’imagine que votre enfance a dû être bien triste. Je plaisante, bien sûr, car il n’est jamais trop tard, et ce film vous fera à coup sûr retrouver votre âme d’enfant.

Si l’univers féérique du Pôle Nord a quelque peu vieilli, Tim Allen reste excellent dans le rôle de Scott Calvin / du Père Noël. Dans le déni, il est à pleurer de rire. Dans la résignation, il est follement drôle. Super Noël verse peut-être dans les bons sentiments convenus, mais son visionnage fait un bien fou et on ne lui en demande pas plus. Puis, il s’agit de mon film de Noël préféré. J’étais le voir au cinéma avec mon père à sa sortie. Du coup, je ne suis absolument pas objective à son sujet.

 

Un fauteuil pour deux

Un fauteuil pour deux (John Landis – 1983)

Le scénario commence comme une mauvaise blague : deux magnats de la bourse font un pari. Si l’un d’entre eux parvient à ruiner la carrière de leur meilleur courtier et à placer un SDF à son poste, sans que personne n’y trouve à redire, alors il recevra un dollar de son rival. Un stupide dollar contre une vie brisée. Cette comédie signée John Landis constitue une parodie parfaite de l’univers des finances. L’aspect cynique et superficiel donné aux antagonistes paraît intelligemment machiavélique. Et ce, au travers de gags pourtant très simples.

Dans Un fauteuil pour deux, les fêtes de fin d’année n’apparaissent qu’en toile de fond. Toutefois, elles ont leur importance et nous évoquent évidemment Ebenezer Scrooge, son avarice et l’importance d’aider son prochain. Le film offre, de plus, l’une des meilleures performances d’Eddie Murphy à l’écran, brillant en sans-abris complètement paumé. Le courtier avide de pouvoir, Dan Aykroyd, lui donne la réplique avec brio. On ne peut que se réjouir de voir ces deux géants de la comédie réunis dans un film à l’humour efficace et délicieusement corrosif. Parfaite année !

 

La course au jouet

La course au jouet (Brian Levant – 1996)

Un Schwarzenegger pour les fêtes ? Serais-je tombée sur la tête ? Non, pas du tout car effectivement, le Terminator a joué dans un film de Noël. Et on ne peut pas dire que le genre de la comédie lui aille comme un gant. Le géant joue remarquablement mal dans ce long-métrage. Portant, malgré ces (nombreux) défauts, La course au jouet constitue un excellent divertissement familial. Pas prise de tête, le film se laisse regarder et contient tout de même des gags extrêmement drôles et bien trouvés.

Le scénario est, somme toute, assez simple. À la veille de Noël, un père de famille s’aperçoit qu’il a oublié d’acheter le cadeau de son fils. Manque de bol, le gamin veut LE dernier jouet à la mode, un robot Turboman. La figurine est en rupture de stock dans tous les magasins de jouets. Papa Schwarzy s’engage donc dans une folle course pour décrocher le fameux sésame. La suite de ses pérégrinations prendra une tournure abracadabrantesque, un peu lourde parfois. Mais bon, voir Schwarzenegger se battre contre un renne, avouez que vous n’avez jamais osé en rêver…

 

Le joyeux noël d'Harold et Kumar

Le joyeux Noël d’Harold & Kumar (Todd Strauss-Schulson – 2011)

La trilogie Harold & Kumar est devenue culte auprès de la génération internet. Peu diffusés (voire pas du tout) au cinéma en France, les trois films sont pourtant étonnamment bien connus et appréciés pour leur humour sans limite, trash et potache. Les comédies américaines sorties après 2005 me laissent généralement de marbre, car je déteste les gags scatos dont nos voisins d’outre-Atlantique raffolent. Mais Harold & Kumar me font mourir de rire. Notamment grâce à la critique de la société américaine qu’ils desservent, radicalement axée sur le racisme ordinaire.

Le pitch du troisième volet laisse cependant difficilement entrevoir l’aspect comédie engagée et c’est bien normal, car le message s’avère subtilement déguisé. Dans cet épisode, Harold, l’asiatique bourreau de travail, s’apprête à fêter Noël avec la famille de sa fiancée latino. Il s’est peu à peu éloigné de son meilleur ami Kumar, l’indien doué en médecine, qui vit toujours dans leur ancienne coloc, occupé à glander et fumer des joints. Un matin, il reçoit un paquet au nom d’Harold. Il s’en va donc trouver son vieux pote, mais brûle par accident le sublime sapin de Noël apporté par le beau-père latino menaçant. Les deux comparses vont donc partir à la recherche du sapin de Noël parfait, un 24 décembre. Accrochez-vous, car la virée ne sera pas de tout repos.

 

 Et en bonus…

Je vous fais un petit cadeau de Noël en avance en vous recommandant ce charmant court-métrage. Bloody Christmas était diffusé juste avant Mais qui a tué Pamela Rose ? dans les salles obscures, en 2003. J’en garde un souvenir mémorable 😀

Publicités

3 thoughts on “4 films de Noël à mater en combi Undiz avec un chocolat chaud”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s