épilateur électrique Fashion Calor
3615 CODE MYLIFE, Produits Corps, Soins / Bien-être ❤

L’attaque de l’épilateur électrique tueur

Un épilateur, ça fait peur. Surtout quand on a passé quasiment toute sa vie à se servir d’un rasoir. Ma bonne résolution de cette année consistait à m’y mettre pour de bon. La douillette que je suis vous raconte sa première fois avec… L’épilateur électrique Fashion de Calor.

 

Il y a environ quinze jours, je suis passée faire mes courses chez Leader Price (oui, ma vie est passionnante). Sauf que. En rentrant chez moi, horreur et damnation, je m’aperçois que j’ai oublié de prendre du jambon (encore plus passionnant). Je me résous donc à me rendre au supermarché en face de chez moi, un Casino. Au rayon hygiène, je croise l’épilateur électrique Fashion de Calor. Il était déjà en promotion la semaine passée, à 30 euros au lieu de 70. Cette fois, l’étiquette prix a encore été barrée : plus que 16,50 euros ! Je m’aperçois alors que c’est le destin qui a fomenté cette sombre affaire de jambon et qu’il est temps pour moi de passer à l’épilation électrique.

 

epilateur-electrique-fashion-calor2

L’antre de la terreur

Une fois rentrée chez moi, je dépose la bête à côté de mon lit. Je vaque à mes occupation, mais je sais qu’il est là, tapi dans son coin, en train de m’observer dans la pénombre. SMS. Ma copine ne pourra pas venir manger une glace avec moi demain au Vieux Lyon. Bon, et si j’allais à la piscine à la place ? Le problème, c’est qu’une délicate forêt vierge commence à s’installer sur mes gambettes et mon frifrou. Qu’est-ce que je fais ? Je rase pour aller plus vite ? Mouais… Prends ton courage à deux mains ma fille, tu en as ras le bol de la repousse sauvage et des poils incarnés ! C’est pour ça que tu voulais tenter l’épilateur électrique.

J’entreprends de sortir le monstre de son emballage. Je découvre alors qu’il est tout petit, tout mignon, un peu comme ma mini-souris Hello Kitty. Rien à voir avec le monstrueux Épilady des années 80 de ma mère. Comment ce machin innocent pourrait-il me faire mal après tout ? Je ne suis pas devenue subitement maso pour autant. Illico presto, je me frictionne avec un gant exfoliant The Body Shop, afin d’activer mes cellules nerveuses et d’atténuer la douleur. Me voici donc avec mon nouveau pote Fashion en main. Je l’allume. Le bruit m’inquiète. J’inspire profondément. Et c’est parti, direction mon mollet gauche.

épilateur électrique
J’en fais des cauchemars…

 

« This is my BOOMSTICK ! » (Ash in Evil Dead 3 : Army of darkness)

Allons, donc ! Toute une montagne pour ça ? Non, mesdemoiselles, l’épilateur électrique ne fait pas mal ! Effectivement, durant sa première incursion sur ma jambe gauche, je n’ai pas exactement ressenti joie et félicité. On ne va pas se mentir, oui, c’est désagréable. On a l’impression de recevoir des micro-coups de jus à chaque passage. Mais, est-ce que ça fait mal ? Non. Et pourtant, mes poils étaient bien durs et épais, suite à plusieurs années de rasage intensif. Déconcertée par la facilité avec laquelle ils disparaissaient, j’ai ressenti une sorte d’ivresse en m’épilant les jambes, me débarrassant de ma toison dans un cri de rage conquérant.

Moi, en pleine épilation.
Moi, en pleine épilation.

Je n’allais pas m’arrêter en si bon chemin.Toutefois, j’ai longuement hésité avant de le passer dans l’aine. Fort heureusement, le Fashion de Calor comprend deux vitesses. Après l’éradication passionnée de ma pilosité inférieure, j’ai rétrogradé en vitesse 1. Même sensation. Pas de douleur imminente. Joie. Il était temps pour moi de passer aux aisselles. Et là, j’ai dû prendre mon courage à deux mains, étant donné que la cire m’arrache des larmes de sang sur cette zone. Et bien, même si la douleur s’est avérée minime, la tête du Fashion de Calor n’est absolument pas idéale pour longer les courbes. De ce fait, l’opération m’a parue longue et fastidieuse.

 

Une clope après l’amour ?

Pas vraiment, on repassera. Suite à cette agression, ma peau était pleine de petits points rouges vifs, là où siégeaient les poils. J’ai d’abord passé un coup de brume d’eau fraîche pour calmer le feu de l’épilation. Puis, c’est une cure de crème hydratante et de gommages sur plusieurs jours qui m’a permis d’en venir à bout. D’autre part, j’étais extrêmement irritée au niveau des aisselles, au point de ne plus pouvoir lever les bras. Ceci dit, ces désagréments sont passagers et à force de s’épiler ainsi, la peau finit par s’habituer. De même que les poils repoussent beaucoup plus fins.

Libérééééééeeee, délivrééééééééeeeee !
Libérééééééeeee, délivrééééééééeeeee !

Quinze jours après, je suis enchantée. Ma peau est douce, la repousse minime et surtout : je n’ai plus aucun poil incarné ! Enfin débarrassée de ces saloperies qui me pourrissaient la vie depuis des années. Je vais peut-être encore souffrir sous les aisselles après chaque épilation pendant quelques temps, mais le jeu en vaut la chandelle. En été, j’étais presque obligée de me raser tous les jours à cet endroit. C’est désormais ter-mi-né ! Pour info, le Fashion de Calor va certainement connaître une nouvelle version ou être remplacé sous peu, car on le trouve un peu partout en promotion. Foncez ! Il est niquel, bien que j’aurais préféré qu’il soit waterproof…

 

Épilateur électrique Fashion de Calor – 20 euros sur Cdiscount

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s