Prendre un bain
3615 CODE MY LIFE, Beauté

Et si nous partagions un bain ?

J’ai vécu sept ans dans 15 mètres carrés. Sept ans dans une minuscule et pathétique salle de bains ne pouvant contenir guère mieux qu’une vulgaire douche. C’est pourquoi, à mon arrivée dans une ville moyenne, je décidai de m’élever vers le cercle fermé des possesseurs de baignoire. Et c’est ainsi que j’établis un bain rituel où barbotage rime avec soins du corps et délectation.

bain

Pardonnez-moi, saints pères de l’écologie, j’ai péché. Ô José, ô Yann Arthus, ô Ségolène, par concupiscence, je pèche chaque semaine. Oui, je prends un bain hebdomadaire qui, chargé de ma crasse, s’évacue dans les eaux usées polluant les fonds marins. Je sais que c’est mal, mais mon Dieu, que j’aime ça. Pour alléger mon impact sur la faune marine, j’évite tout de même les exfoliants aux grains de plastique et utilise les nettoyants les moins chimiques possibles – aussi pour préserver la douceur de ma peau et la brillance de mon poil lustré.

chien en plain shampoing
Je me shampouine de la sorte

Néanmoins, je n’ai pu résister. Sur la liste des choses indispensables à mon emménagement, j’avais inscrit en lettres capitales : BOMBES DE BAINS. Peut-être suis-je déjà un peu ringarde et vieillotte, mais il va vous falloir faire preuve d’indulgence. Au sommet de cette tendance, il y a de cela maintenant près de quatre ans, je jouissais d’une très douteuse douche à l’italienne que mes cheveux raides et secs bouchaient allègrement, provoquant une inondation à chaque shampoing. Je bavais devant les vidéos #Lush sur Instagram et devait me contenter de quelques pastilles effervescentes dans mon bain de pieds. Que je prenais dans un saladier (véridique).

Lire la suite « Et si nous partagions un bain ? »

Publicités
Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix
Culture & lifestyle

Faut-il regarder Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix ? Analyse d’une fan de la première heure

Il y a maintenant plusieurs mois, je vous témoignais mon inquiétude quant aux prochains reboots de Sabrina et Buffy. Depuis, l’apprentie sorcière de mon cœur a fait son grand come-back sur Netflix. La fan hardcore de la première sitcom a-t-elle été séduite ? Réponse.

 

Avant de de détailler plus explicitement mon avis sur ladite série, il faut que vous compreniez à quel point je suis fan de Sabrina. Je l’aime tellement que mon chien a pour nom de famille « Saberhagen ». Je l’aime tellement qu’adolescente, je me maquillais comme elle. Je l’aime tellement que j’ai pointé désespérément mon doigt pendant des années en espérant que des paillettes en sorte. Je l’aime tellement que lorsque la nouvelle série est apparue sur nos écrans, nombre de personnes de mon entourage m’ont envoyé des messages pour savoir : « Alors, alors, ALLLOOORRRS ?! » Alors, oui. C’est bon. La fangirl #1 en France vous autorise à vous ruer sur cette production Netflix.

Les Nouvelles aventures de Sabrina

Dark

Le mot est lâché : cette nouvelle version de Sabrina se veut résolument plus « dark » que la sitcom de notre enfance. Une déception pour certains, un renouveau jouissif pour d’autres. Néanmoins, ce changement radical d’ambiance n’est pas pure folie créative des seules écuries Netflix : avant de connaître un reboot à la télévision, Sabrina a d’abord subi un sérieux lifting en comics. En effet, l’apprentie sorcière fait partie des classiques des éditions Archie comics, également à l’origine de Riverdale. Or, l’héroïne était restée plus au moins inchangée depuis les années 60. Du moins, jusqu’en 2014 : date de sortie de la nouvelle BD Chilling adventures of Sabrina. Dès lors, le public a dit adieu à la mignonne et insolente adolescente qui apprend sans cesse de ses erreurs. Et bonjour à la jeune fille assoiffée de vengeance, torturée entre rituels sataniques, orgies et cannibalisme.

Lire la suite « Faut-il regarder Les Nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix ? Analyse d’une fan de la première heure »

Les plus belles tenues de RuPaul
Culture & lifestyle

Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race

Vous connaissez RuPaul’s Drag race ? Bien sûr que oui. Sinon je vous bannis et vous incite à rattraper votre retard incessamment sous peu si vous souhaitez récupérer votre droit d’entrée…. Je plaisante ! On pourrait définir RuPaul’s Drag race comme le America’s got talent des drags queens. Chaque semaine, les participantes relèvent des défis et, à la fin de la saison, un jury élit la reine du bal. Jury présidé par RuPaul, superstar américaine du drag. Dont les tenues ne cessent d’époustoufler un peu plus à chaque saison… Florilège subjectif sans autres critères que personnels.

 

Le coup de jus

RuPaul robe rouge saison 1
Saison 1

Je place cette tenue ici par sentiment d’injustice. On s’en est trop souvent moqué. Personnellement, j’aime beaucoup l’esprit ébouriffé façon « doigts dans la prise ». Même la perruque suit. Drôle et audacieux.

 

La cascade de fleurs

RuPaul robe de fleurs saison 2
Saison 2

J’ai failli trépasser devant mon écran face à tant de beauté… Franchement, qui n’aime pas cette robe ?

Lire la suite « Les dix plus belles tenues de RuPaul au fil des saisons de Drag race »

Yogi Tea
Culture & lifestyle

Mon royaume pour une tasse de thé… Une histoire d’amour avec Yogi Tea

Depuis maintenant plus de trois ans, elles sont les stars de YouTube, Instagram et autres plateformes de blog. Depuis maintenant plus de trois ans, je me suis engagée à goûter chacune des infusions ayurvédiques signées Yogi Tea. De toutes ces tasses, je retiens des merveilles aux parfums délicats.

 

« Ayurvé-quoi ? » Telle fut ma réaction la première fois qu’une pharmacienne me recommanda chaleureusement la fameuse marque de thé. À cette époque, j’étais triste, abattue tel mon chien en mal de couverture moelleuse pour l’hiver. En effet, alors que je sentais que mon compagnon d’alors s’éloignait peu à peu de moi, l’une de mes plus chères amies sombrait dans un mal si profond que je dus renoncer à son soutien pour son propre bien-être. Et c’est ainsi que je me retrouvais à arpenter les rayons de la célèbre Grande pharmacie lyonnaise, rue de la République. J’expliquais donc être au seuil de la dépression, qu’il me fallait un remontant. N’importe quel cacheton sans ordonnance ferait l’affaire, sinon j’allais tenter le suicide à l’encre de Chine commandée sur Aliexpress façon Bovary hard discount.

Encre de Chine
À la tienne !

Lire la suite « Mon royaume pour une tasse de thé… Une histoire d’amour avec Yogi Tea »

Films d'horreur méconnus
Culture & lifestyle

4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante

Pour ceux qui l’ignorent, le slasher se définit comme un sous-genre de l’horreur, dont les films content tous l’histoire d’un groupe de personnes massacrées une à une par un tueur psychopathe. Si vous êtes comme moi et que vous en avez déjà mangé des kilomètres de pellicule, je vous propose une sélection de quatre films moins mémorables qu’Halloween, mais tout aussi délectables. Peut-être y trouverez-vous une pépite oubliée.

 

Urban Legend

Urban Legend (Jamie Blanks – 1998)

Certainement le plus connu de cette sélection de méconnus, Urban Legend fait partie de cette avalanche de slashers que nous avons pu observer à la fin des années 90 après le succès de Scream. Avalanche que certains appelleront « second âge d’or du slasher », le premier âge d’or étant survenu dans les années 70, subséquemment à la déferlante Halloween. Perso, en fait de second âge d’or, je parlerais plutôt de « foire-aux-ados-en-chaleur-surfant-sur-la-vague-Scream ». Et Urban Legend en demeure un fier représentant. Car oui, s’il n’a pas marqué les esprits, c’est bien parce que ce film n’est pas un chef-d’oeuvre. Toutefois, je crois que parmi les pires pustules cinématographiques de son époque, il compte parmi les plus agréables à regarder.

Par nostalgie d’abord, puisqu’il cumule tous les poncifs tendance des nineties. Pour son idée de départ ensuite, parce qu’elle n’est pas si mauvaise en soi. Peut-être légèrement pompée sur Candyman, mais dans une moindre mesure qu’il ne se nourrit telle une sangsue à la jugulaire de Scream. Revenons-en au pitch initial. Les étudiants et héros de ce film sont tous assassinés selon les légendes urbaines narrées par l’un de leur professeur. J’aime beaucoup ce synopsis. Dommage que le film l’ait oublié en cours de route. Les légendes urbaines deviennent rapidement anecdotiques et s’effacent derrière la quête du tueur. Urban Legend reste toutefois un agréable divertissement, idéal pour se marrer entre potes un soir d’ennui.

 

Lire la suite « 4 films d’horreur méconnus pour une soirée pop-corn sanglante »

Toni Collette
Culture & lifestyle

Deux films et une série pour comprendre et aimer Toni Collette, cette actrice méconnue mais admirable

L’autre soir, alors que je flânais sur Netflix, je fus happée par la série Wanderlust avec, dans l’un des rôles principaux, Toni Collette – l’une de mes actrices préférées. « Gueule » d’Hollywood, son physique atypique l’a souvent conduite à jouer des rôles de paumée. Néanmoins, avec le temps, elle a su en faire une force. D’où l’envie qui me pousse à vous faire (re)découvrir cette incroyable personne en trois rôles mythiques.

 

Muriel film

Commencer par le commencement

Muriel (Muriel’s Wedding, Paul John Hogan – 1994)

Lorsqu’on s’attaque à la filmographie de Toni Collette, il est essentiel de faire un détour par Muriel, tant ce premier succès influença sa carrière par la suite. Dans ce film, l’actrice joue un rôle qui va lui coller à la peau pendant de longues années : celui de la plouc australienne, un peu gauche et dépressive. Et l’on ne peut s’empêcher de penser que, peut-être, Toni Collette – elle-même issue du bush – est le visage et l’ambassadrice de cette jeunesse australienne d’un autre âge qui aspirait à un avenir meilleur. Or, voyez-vous, tout comme la Muriel du film, Toni s’est progressivement extirpée de ces clichés pour pouvoir refléter une toute autre image.

Lire la suite « Deux films et une série pour comprendre et aimer Toni Collette, cette actrice méconnue mais admirable »

Trois recettes gourmandes et réconfortantes
Culture & lifestyle

Trois recettes gourmandes et réconfortantes pour mieux endurer la froidure

Ces derniers jours, je n’ai cessé d’anticiper. Ici même, sur ce blog. Cette fois, ça y est ! Il fait froid et point déjà la dépression saisonnière au plus profond de nos êtres délicats. Néanmoins, ma prévenance saura nourrir les plus dépités. Voici trois recettes feel good, végétariennes et pleines d’énergie, mais point trop caloriques.

 

Petit-déjeuner

Un petit-déjeuner gourmand un brin estival

J’ai improvisé cette recette au yaourt lors d’une fringale matinale. Tandis que je peinais à m’extirper des draps, le froid me saisit au vif. Aussitôt, j’eus envie de me nourrir de brioche et de chocolat pour trouver la force d’affronter ma journée. Dieu merci, ces infamies caloriques ne figuraient pas parmi mes réserves. Néanmoins, plusieurs ingrédients sains traînant ici et là m’ont permis de mettre au point ce trompe-famine des plus exquis.

Yummy bowl aux framboises recette

Yummy bowl aux framboises

Pour une personne

  • Une poignée de framboises surgelées, rescapées de l’été
  • Un yaourt nature 0 %
  • Deux cuillères à café de graines de lin moulues
  • Une cuillère à soupe de baies de goji
  • Une cuillère à café de purée d’amandes (facultatif)
  • Une cuillère à soupe de sirop d’érable (substituable par de l’édulcorant ou du sucre)

Dans un bol, faire décongeler les framboises au micro-ondes, en veillant à ce qu’elles ne chauffent pas. Une fois dégelées, mélanger avec les autres ingrédients. Vous pouvez déguster immédiatement. Simple et efficace ! Surtout si, comme moi, vous mourez tellement de faim au réveil qu’il vous est impossible de cuisiner à jeun plus de six minutes sans dévorer les ingrédients un à un. Personnellement, je raffole du goût de fruit sec apporté par la purée d’amande. Puis, j’aime apporter un corps gras à mes recettes, particulièrement lorsqu’elles sont aussi légères. Elles tiennent mieux au corps ainsi, notez l’astuce.

Lire la suite « Trois recettes gourmandes et réconfortantes pour mieux endurer la froidure »